Machos, bimbos… une télé bourrée de clichés


Par publié le 23/07/2014 à 05h03


Le petit écran, reflet fidèle ou prisme déformant de la réalité ? Visiblement, le CSA a tranché.

A en croire le Conseil supérieur de l’audiovisuel, qui vient de procéder à une étude objective des stéréotypes véhiculés dans certains programmes, notre petite lucarne serait une véritable usine à clichés sexistes dont les femmes ne seraient pas les seules victimes. Parmi les émissions pointées du doigt, on ne s’étonnera pas de voir débarquer en tête de cortège L’amour est dans le pré, Les Ch’tis, Qui veut épouser mon fils ?

 

ou encore Les Anges de la téléréalité. Le CSA accuse ces formats d’être « particulièrement vecteurs de stéréotypes », quel que soit le sexe des victimes stigmatisées. « Les hommes y sont aussi stéréotypés que les femmes, poursuit la haute autorité. L’homme est “ macho ”, la femme est “ bimbo ” ». Plus surprenant, les séries télé traditionnelles, si elles semblent un peu plus épargnées par cette étude du CSA, n’en charrient pas moins leur lot de poncifs, notamment « celui de l’infériorité de la femme dans le domaine professionnel », ou encore celui prédominant de la mère au foyer. Une analyse comparée de House of Cards, Broadchurch, Plus belle la vie, Scènes de ménages ou encore Grey’s Anatomy met également en avant le caractère infidèle de ces messieurs,  bien plus prononcé que chez les femmes.

 

… et les programmes jeunesse dans tout ça ? Rien de bien méchant à déplorer, si ce n’est un flagrant déséquilibre entre l’apparence physique des filles et des garçons. Tandis que 36 % des héroïnes des dessins animés sont décrites comme jolies, seulement 7 % de leurs pendants masculins peuvent objectivement être considérés comme des apollons en devenir. Une inégalité criante, qui pourrait bien faire jaser à la rentrée des classes dans les cours de récréation…