Christophe Beaugrand : « Secret Story, une arme de distraction massive »


Par publié le 28/08/2015 à 12h00


L'animateur de Confessions intimes reprend en main le jeu estival de TF1, transféré en partie sur NT1 cette saison. Sur un ton décalé, le même qu'il cultive dans la vie de tous les jours.

– Quelle marque comptez-vous imprimer à l’émission ?

On m’a demandé d’être moi-même. Mais promis, je ne chanterai pas ! (rires) Je veux surtout impulser quelque chose de positif. L’émission doit revenir à ses fondamentaux : secrets, amitiés, amour.

– Comment s’est passé votre recrutement ?

Il n’y a pas eu de casting, dit-on…Il n’y avait pas d’autre candidat. Depuis longtemps, avec TF1, on discute sur la façon de me faire évoluer sur la chaîne ou dans le groupe. Les gens me reconnaissent de plus en plus, ils m’ont vu grandir à l’antenne.

– Honnêtement, Secret Story en partie diffusé sur NT1, c’est un peu une voie de garage, non ?

Non, TF1 y croit beaucoup. Aujourd’hui, on est dans une logique de groupe. Quand vous allez sur Mytf1.fr, vous tombez indifféremment sur des vidéos de NT1, TMC ou TF1…Secret Story s’adresse plutôt à un public féminin et jeune, c’est logique de la diffuser sur une chaîne qui s’adresse prioritairement à cette cible, c’est-à-dire NT1. Secret Story, c’est une «grosse marque». Le rendez-vous «premium» est en outre maintenu le vendredi en deuxième partie de soirée sur TF1- On connaissait votre sérieux de présentateur de JT sur LCI.

– Aujourd’hui, vous êtes vraiment dans la légèreté. Comment s’est déroulé votre évolution ?

Après huit ans de news, j’étais fatigué. Je m’y intéresse toujours, j’adore la politique. Mais quand je fais du divertissement, je ne me dépars pas de ma casquette de journaliste. Quand je suis à 50 mn inside, je réalise des interviews, par exemple ! J’écris toujours mes textes. Si on prend l’exemple de Nikos Aliagas, sans me comparer à lui, on voit bien qu’il a commencé en présentant le JT en Grèce avant de se voir confier Star Academy !

– Pensez-vous être désormais devenu populaire ?

Peut-être. Populaire, c’est positif selon moi. Et c’est parfait pour Secret Story, qui est une arme de distraction massive, sans rien de «plan-plan»

– Vous ne taisez plus votre homosexualité, et vous vous montrez même en photo avec votre compagnon. Est-ce parce qu’à bientôt 40 ans, vous vous sentez plus libre ?

Je n’ai jamais rien caché ! On n’en parlait pas parce que jusqu’à présent je n’étais pas connu. J’ai participé à l’aventure de la première chaîne gay en France, Pink TV, je n’avais donc vraiment rien à cacher non plus à l’époque ! Dans le groupe TF1, j’ai toujours bénéfi ié d’une liberté totale. La direction du groupe est très engagée dans le respect de la diversité. J’ai la chance de réaliser mon rêve en faisant ce métier, je dois donc m’engager auprès des jeunes homosexuels, qui peut-être souffrent. Si ma parole ou mon exemple peut les aider.

A LIRE :

Secret Story : La saison 9 dès cet été sur TF1 et NT1

The Voice, Secret Story : Et si on reparlait français ?