Julie Gayet : «Je ne me souviens pas de ma crise d’adolescence»


Par publié le 28/04/2014 à 11h51


Après la période de surmédiatisation qui a fait de sa vie sociale un enfer, Julie Gayet revient à l’écran dans le rôle d’une maman quelque peu dépassée par la crise d’adolescence de sa fille. Un rôle

Certaines séquences de Ça va passer, mais quand ? vous ont-elles rappelé votre propre crise d’adolescence ?- Vous allez sans doute me trouver de mauvaise foi, mais franchement, je ne me souviens pas en avoir fait une. Il faudrait demander à mes parents. En revanche, je leur ai causé quelques soucis sur le choix de mon métier. Très tôt, j’ai annoncé que je voulais être comédienne, alors que je devais entrer à Sciences Po. Bien sûr, mes parents étaient déçus et très inquiets pour mon avenir. Cela a créé une certaine tension.- Vous êtes maman de deux adolescents. Avec eux, cela se passe-t-il comme dans le téléfilm ?Oui, cette histoire est d’ailleurs un hommage à mes garçons… Non, je plaisante, car à 13 et 15 ans, ils sont encore super mignons. En revanche, je reconnais que, comme tous les adolescents, ils sont passés de très énergiques à mollusques. Cela dit, j’ai des copines qui ont vécu ce genre de crise avec leur fille et qui me l’ont raconté.- Selon vous, comment une mère doit-elle réagir face à la situation rencontrée par votre personnage ?Avec beaucoup d’amour, je crois. Mais le problème, c’est que parfois on croit donner de l’amour et, finalement, ce n’est pas perçu comme tel. Si je n’avais qu’un conseil à dire aux téléspectateurs qui vivent ce genre de crise, ce serait : ça va passer !- Dans ce téléfilm, le couple que vous formez avec Stéphane Freiss n’apprécie pas qu’on leur dise qu’ils sont trop gentils avec leur fille. À la maison, êtes-vous «cool» ou «pas cool» ?Disons que je ne suis pas aussi patiente que mon personnage. Moi, je sais dire non. En revanche, je n’ai jamais donné une claque ou une fessée à l’un de mes enfants. C’est ma limite. Je ne crois pas être dure, mais je peux être autoritaire.- Avez-vous montré le téléfilm à vos enfants ?Je ne sais pas si je vais le faire, car en fait, je ne parle jamais de mon métier avec eux.- Ils peuvent peut-être le voir le jour de la diffusion…À vrai dire, je n’ai pas la télévision. Je regarde quelques programmes sur mon ordinateur, mais principalement le football. Je ne le dis plus trop car à un moment on m’appelait tout le temps et j’étais devenue la spécialiste féminine du football.- Avez-vous d’autres tournages prévus dans les mois qui viennent ?J’ai un projet pour le cinéma, une belle histoire d’amour qui ressemble un peu à celle de Sur la route de Madison. En attendant, je continue à porter ma casquette de productrice. Je vais produire un film sur le monde du travail et je développe un projet sur la glisse, le Free Ride.- Qu’aimeriez-vous que l’on vous propose ?Un film de science-fiction dans lequel je serais accrochée à des fils sur un fond vert. Si on m’appelle pour tourner dans un Star Wars, je cours !