Ingrid Chauvin : «Je ne travaille pas pour fuir, mais pour avancer» – News Téléfilm


Par publié le 09/12/2014 à 02h45


Après la perte tragique de sa fille, Ingrid Chauvin revient à l’écran. Doucement, elle relève la tête, grâce aussi à un public qui a toujours été bienveillant à son égard.

 

SON RETOUR A l’ÉCRAN

- Dans Rumeurs, votre personnage n’est-il pas plus sensible que ceux que l’on vous confie d’habitude ?

 

C’est une femme qui subit. Elle ne me ressemble pas. À sa place, je réagirais de manière beaucoup plus impulsive, car je ne supporte pas l’injustice.
- Dans votre vie, avez-vous déjà été confrontée à la rumeur ?

 

En tant que comédienne populaire, ce sont des choses qui existent forcément, mais heureusement, ce n’est pas récurrent. On apprend à faire avec. Celle qui m’a le plus perturbée, c’est un gros titre qui annonçait une agression violente à mon domicile. C’était de la pure fiction, mais cette prétendue information a été très mal vécue par mes grands-parents, qui vivent loin.

 

- Comment allez-vous aujourd’hui ?

 

« JE NE SERAIS PLUS JAMAIS LA MÊME « 

Je sais qu’après avoir perdu ma fille, je ne serai plus jamais la même que celle que j’ai été. Quand on vit un tel bouleversement, soit on grandit, soit on ne survit pas. Les gens me disent : « Tu verras, ça te rendra forte. » Mais je m’en fiche de devenir forte, j’essaie juste de survivre.
- Y arrivez-vous ?

J’essaie. Je communique beaucoup avec d’autres femmes qui ont vécu le même drame. Et puis, je suis en train d’écrire un témoignage sur ma douleur, mon soutien pour les enfants, et mes espoirs. Ce livre est une sorte de thérapie, mais c’est aussi un moyen de témoigner de l’amour inconditionnel que je porte à ma fille. Je tente également de récolter des dons pour l’association de l’hôpital Necker. L’adresse Internet, c’est : Soutenir. necker.aphp.fr/i-chauvin

SES PROJETS

 

– Le travail vous aide beaucoup ?

 

C’est sûr. Quand j’étais enfant, le monde des adultes, je ne le trouvais pas très beau. Ce métier, c’était un peu comme une baguette magique pour vivre autre chose. Ça l’est toujours. J’ai le sentiment que de caresser un peu de comédie me ferait du bien aujourd’hui. Ça m’aiderait. J’aime bien les comédies sentimentales. J’ai adoré par exemple L’Arnacoeur avec Vanessa Paradis et Romain Duris. L’année 2015 va être très chargée. Je ne le fais pas pour fuir mais pour avancer.
- Vous communiquez beaucoup avec les téléspectateurs sur les réseaux sociaux. Comment gérez-vous cela ?

 

je partage pas mal de choses avec eux. Je leur dis ce que je vais faire, ce que je ressens. J’ai créé un vrai lien positif avec eux sur Facebook. C’est aussi un moyen de leur témoigner mon affection. Parfois, je laisse aussi des messages pour rétablir une certaine vérité et éviter ainsi que les journaux en rajoutent.

 

– Vous avez toujours la cote auprès du public. Savez-vous pourquoi ?

J’ai le sentiment d’être une femme ordinaire et que les gens peuvent se reconnaître facilement en moi. En fait, je pourrais être n’importe qui. J’ai une vie plus que normale.

A LIRE :

Emmanuelle Devos : « n’était pas une féministe pure et dure»

Laetitia Milot : TF1 lui fait les yeux doux !