Ogier/Loeb – Un Sébastien chasse l’autre


Par publié le 15/08/2015 à 10h00


Sébastien Ogier roule sur les traces de son prédécesseur Sébastien Loeb. Déjà double champion du monde des rallyes WRC à 32 ans, il est en passe de remporter le titre 2015. Attachez vos ceintures

Après neuf ans de règne et neuf titres de champion du monde consécutifs, de 2004 à 2012, Sébastien Loeb s’est éloigné des circuits de rallyes et a laissé la route ouverte à son dauphin, Sébastien Ogier, à peine 32 ans et déjà deux titres derrière lui sur Volkswagen. Cet ancien coéquipier et rival du «Roi Seb» chez Citroën semble aussi gourmand que son mentor. Les spécialistes attestent même que ces deux pilotes ont en commun la gestion de course, le sens de l’attaque, la stratégie, la mise au point de la voiture et le mental. Forcément, le jeu des comparaisons bat son plein. «On m’en parle de moins en moins, relativise Sébastien Ogier. Ça a fait partie de mon début de carrière, mais il y avait tant de points communs entre nos parcours que c’était inévitable. J’ai fait tout mon apprentissage en rallye à ses côtés. On a tous besoin d’un modèle et «Seb» a été le mien, même s’il était l’homme à battre. C’était un honneur d’être comparé à un tel champion, mais c’est appréciable aujourd’hui d’être reconnu pour ce que je suis, et plus seulement comme un prochain Sébastien Loeb.».

L’élève dépasse le maître

De fait, les amateurs n’ont qu’un seul regret : un duel Loeb-Ogier à la régulière, pour distinguer le meilleur des meilleurs ! Ce duel n’aura – malheureusement – jamais lieu, si ce n’est que le cadet pourrait bien aller titiller le maître, en essayant de se hisser à son niveau de records. Battre les neuf titres de Loeb ? : «Je suis dans une approche saison par saison, dit Sébastien Ogier. On va voir si ma carrière continue sur la même lancée… Peut-être que cela pourrait devenir un objectif… un jour.» Mais le meilleur des pilotes de rallye ne serait rien sans un bon copilote. Si Sébastien Loeb avait Daniel Elena comme binôme, Sébastien Ogier forme avec Julien Ingrassia, depuis onze ans, un autre duo exceptionnel. « Julien et moi, on se comprend par télépathie. On se complète l’un et l’autre. C’est sûr, on a prouvé notre valeur. Maintenant, c’est nous la référence. Il n’y a rien d’autre à faire que d’assumer ce statut et de rester les meilleurs.».

A LIRE :

Valentino Rossi :  Je maintiens toujours la poignée à fond

Les 24 heures du Mans : des stars au volant