Les 24 heures du Mans : des stars au volant


Par publié le 13/06/2015 à 02h00


Plusieurs vedettes d'Hollywood sont tombées sous le charme de la plus grande course d'endurance du monde : James Garner, Paul Newman, Steve McQueen et aujourd'hui Patrick Dempsey.

L’aventure hollywoodienne des 24 Heures débute en 1966, quand le réalisateur John Franken heimer fait tourner James Garner et Yves Montand dans le film Grand Prix. En 1968, à l’occasion du tournage de Virages, le grand Paul Newman découvre la compétition automobile, en tombe amoureux et profite alors de sa notoriété et de son aisance financière pour entamer parallèlement à son métier d’acteur une belle carrière de pilote de course : en 1979, il décroche la deuxième place aux 24 Heures au volant d’une Porsche 935 ! Une passion qui se matérialisera en 1983 avec la création de sa propre écurie, la Newman/ Haas/Lanigan Racing, l’une des plus célèbres du circuit IndyCar aux États-Unis. En 1971, Steve McQueen, un autre fou du volant, prend le relais avec Le Mans, film mythique et preuve qu’il vouait un véritable culte à la course sarthoise. Cette année, le Festival de Cannes a même rendu un hommage à l’acteur avec la diffusion de The Man & Le Mans, un documentaire sur les coulisses mouvementées du tournage, durant lequel la star faillit perdre la vie en percutant un garde-fou à plus de 300 km/h. À son grand regret, Steve McQueen ne disputera jamais les 24 Heures du Mans.

Un amateur chez les pros

Dernière star en date à prendre le volant, Patrick Dempsey, de Grey’s Anatomy, qui participera pour la quatrième fois à la course. Quand on lui rappelle ses glorieux aînés, dont il pourrait être l’héritier sur le circuit, le comédien est modeste : «J’ai bien conscience que l’on projette cette image sur moi parce que, comme eux, je suis un acteur. Mais, j’essaie avant tout de créer ma propre légende au Mans. Si je prends le film de Steve McQueen en exemple, c’est parce que je l’ai vu de nombreuses fois et qu’il a su saisir l’essence même de la course. Quant à Paul Newman, il a piloté jusqu’à ses 80 ans, sur le circuit des 24 Heures de Daytona en 2005 ! Moi, j’aimerais continuer la course aussi longtemps que possible, tant que je serai compétitif.».

A LIRE :

Les femmes en Formule 1 : c’est possible ?

Valentino Rossi : « Je maintiens toujours la poignée à fond »