Le handball français, roi du monde – Sport


Par publié le 14/01/2015 à 09h00


Qu’on les surnomme « Bronzés », « Barjots », « Costauds » ou encore « Experts », les joueurs de l'équipe de Handball ont gravé en lettres d’or leur légende sur tous les parquets du monde depuis 1990.

Tout commence en 1985, lorsque Daniel Costantini prend les rênes de l’équipe de France de handball, alors reléguée à la 19e place du classement mondial. La ligne du nouvel entraîneur est simple : beaucoup de travail et une discipline de fer. Les premiers résultats n’arrivent qu’en 1990 avec une 9e place aux Championnats du monde et, surtout, une qualifi cation pour les jeux Olympiques de 1992. Et à Barcelone, les Bleus grimpent sur la 3e marche du podium, à la surprise générale. Une équipe était née, celle des « Bronzés ». Son symbole est un joueur de classe mondiale : Jackson Richardson. « C’est lui qui nous a permis de gravir les échelons suprêmes. C’est un extraterrestre qui a l’apparence humaine », dira de lui Daniel Costantini. Dans la foulée, en 1995, les Français, devenus les « Barjots », remportent leur premier titre mondial en Islande. Et les « Costauds » remportent un nouveau titre mondial en 2001, en France cette fois, à Bercy, dans une ambiance surchauffée. La consécration pour Daniel Costantini : avec lui, le handball tricolore a atteint sa maturité. Il peut passer la main à Claude Onesta. Avec ce dernier, les Français vont bientôt régner en maître absolu.

Des générations en or

Après deux autres podiums mondiaux (2003 et 2005) et un titre de champions d’Europe en 2006, ce sont les « Experts » qui remportent la consécration suprême : le titre olympique à Pékin, en 2008. À leur tête, Nikola Karabatic, un talent hors normes. Avec lui, de 2008 à 2012, les Français vont tout gagner : un titre européen, deux titres mondiaux et de nouveau les Jeux, à Londres. Le capitaine Jérôme Fernandez savoure alors : « Ce qui est extraordinaire avec ce groupe, c’est qu’il n’en a jamais assez. » De quoi dégoûter les autres nations. Claude Onesta donne sa vision de ces nombreux succès : « Depuis longtemps, il a été créé un état d’esprit autour de l’équipe de France. Cet état d’esprit se transmet de génération en génération. » La « bande à Onesta » version 2015 est un savant mélange d’anciens loin d’être rassasiés et de gamins aux dents longues. Ils ont trois objectifs en ligne de mire : ces Mondiaux 2015 au Qatar, les Jeux de Rio en 2016 et les Mondiaux de 2017, en France. De quoi gagner un nouveau surnom ?

A VOIR :

Handball – France/République Tchèque

Vendredi 16 janvier, à 17 h 00 sur Bein Sport 1

A LIRE :

Ligue 1 – 19ème journée : Qui sera champion d’automne ?

Application mobile et tablette Télé Magazine sur Google Play et AppStore