Jimmy Vicaut : le nouveau roi du sprint français


Par publié le 27/07/2015 à 10h00


9''86 ! Le sprinter français se souviendra longtemps du samedi 4 juillet 2015. Lors du meeting Areva au Stade de France, il a battu le record de France du 100 m et égalé le record d'Europe.

Au terme d’une chaude soirée dionysienne, marquée par des performances superbes dans toutes les courses, on ne s’attendait pas à cette belle cerise sur le gâteau : Jimmy Vicaut battant le record de France du 100 m en 9“86, effaçant son compatriote Christophe Lemaitre (9“92) des tablettes et devenant par la même occasion l’Européen le plus rapide de l’histoire, à égalité avec le Portugais Francis Obikwelu et sa performance réalisée lors des JO d’Athènes en 2004. Il devient aussi le premier Français à descendre sous les 9“90. Pas de quoi enfl ammer ce Parisien placide : «Il est rare que pendant la course, j’ai l’impression de voler. Ça faisait bizarre de courir aussi vite. Maintenant, il serait bien, déjà, de courir plusieurs fois sous ce chrono. Là, on pourra dire que c’est acquis. Pour moi, tant que je n’aurai pas réédité mon temps, je ne serai pas encore dans la cour des grands.»

Changement de statut

N’empêche, Jimmy Vicaut est désormais attendu au tournant, notamment lors des Mondiaux de Pékin (du 22 au 30 août). Avec ses 9“86, l’athlète peut en effet postuler à une place sur le podium : seuls le Jamaïcain Asafa Powell (9“81 au Stade de France), les Américain Justin Gatlin (9“74) et Trayvon Brommell (9“84) et le Trinidadien Keston Bledman (9“86) l’ont devancé ou égalé cette année. Mais lui n’y pense même pas : «Réaliser la quatrième performance de l’année sur 100 m, pour moi, ça ne veut rien dire. Avec toutes les galères que j’ai connues, je ne veux pas m’enfl ammer, donc je ne me projette pas, même si quelque chose s’est débloqué. À Pékin, tout sera remis à zéro. Ce qui est important, c’est d’arriver là-bas en pleine forme.» À 23 ans, le sprinteur, longtemps handicapé par les blessures, semble arriver à maturité, et pour son entraîneur Guy Ontanon, ce record n’est qu’une étape : «Jimmy poursuit son évolution, mais il n’a pas encore optimisé tous les secteurs de sa course. Il a encore besoin de vivre beaucoup d’expériences pour continuer à grandir.».

A LIRE :

Florent Piétrus, des Abymes au firmament