Florent Manaudou, Camille Lacourt : de l’or des bassins à l’argent liquide


Par publié le 03/08/2015 à 02h00


Ils sont nageurs professionnels et mannequins à leurs heures perdues. Florent Manaudou et Camille Lacourt «nagent» de records en records, de titres en titres, tout en gardant la tête hors de l'eau, sachant transformer l'or des médailles en argent bien sonnant.

Des deux beaux gosses français des bassins, Camille Lacourt, 30 ans, champion d’Europe et du monde du 50 m et 100 m dos, ferait presque office de vieux sage en avouant avoir déjà programmé sa reconversion, après les JO de Rio en 2016. Réfutant le «délit de belle gueule», il déclare : «Cela m’a toujours fait rire jaune d’entendre «À part sa belle gueule, il n’a rien». J’ai eu beaucoup de chance grâce à cette gueule, mais ce qui m’est arrivé, je le dois d’abord à mes performances (…) À Rio, si je suis sacré champion olympique, le meilleur restera ma vie de famille auprès de mon épouse [Valérie Bègue, Miss France 2008, NDLR] et de ma fille Jazz [née en 2012]. Mon avenir, c’est aussi avec mon partenaire depuis 2010, [les cosmétiques Clarins] qui m’a offert un poste. Pour en revenir aux bassins, heureusement, j’ai la chance de ne pas être le seul en haut de l’affiche. Entre autres, il y a Florent Manaudou, qui lui aussi est devenu une véritable icône.»

Nageur, pas flambeur

Florent Manaudou, à 24 ans, se veut «l’homme pressé» des bassins, déjà champion olympique, du monde et d’Europe. S’appuyant sur l’expérience de sa sœur aînée pour éviter les pièges de la notoriété, tout en profitant des contrats publicitaires qui ne cessent de s’accumuler. Le champion aime ainsi à le rappeler : «L’histoire de Laure m’a beaucoup aidé. J’avais tout juste 13 ans quand elle gagnait ses premières médailles aux JO d’Athènes. J’ai beaucoup observé et analysé ce qu’elle a vécu. Après mes premiers succès, son image m’a tout de même permis de signer mes premiers partenariats. D’ailleurs, ça me ferait bien marrer de tourner une pub avec elle.» Aujourd’hui, les gains de Flo avoisineraient les 500 000 euros rien qu’en contrats publicitaires. Vivant discrètement une belle histoire d’amour avec la cavalière Fanny Skalli, Florent Manaudou assure ne pas être un flambeur. «Gamin, mes parents me donnaient 15 euros par semaine. Aujourd’hui, j’ai toujours une vie très raisonnable, même si je cède à mon péché mignon, les belles voitures comme les Porsche. Pour moi, gagner de l’argent n’est pas une fin en soi. Ce que j’ai toujours voulu, c’est gagner.» Camille Lacourt-Florent Manaudou, avec ces deux poissons-pilotes, la natation française n’a pas fini de faire les unes des magazines.

A LIRE :

Gary Hunt : toujours plus haut !

Jimmy Vicaut : le nouveau roi du sprint français