Sean Murray (NCIS) : «Ziva peut réapparaître à tout moment…»


Par publié le 28/08/2015 à 10h00


De passage à Paris lors du démarrage en France de la saison 12 de NCIS, l'interprète de Timothy McGee nous a accordé une interview dans laquelle il est question du retour pas tout à fait impossible de Cote de Pablo.

– Qu’est-ce qui attend votre personnage au cours de cette douzième saison de NCIS ?

Il s’agit d’une saison très riche pour McGee. Il va continuer d’évoluer, de s’émanciper. Sur le plan professionnel, il va être amené à prendre en main plusieurs affaires. Sur le plan sentimental, il tente de faire fonctionner du mieux qu’il peut son histoire d’amour à distance avec Delilah. Il va également continuer à renforcer les liens qui l’unissent à Gibbs. La relation père/fi s qui existe entre les deux hommes n’a jamais été aussi forte. C’est génial de voir McGee changer à ce point au fil des saisons. Au début, c’était un débutant, pas très à l’aise socialement. De pouvoir grandir avec lui me plaît beaucoup, car moi aussi, lorsque j’ai fait mes premiers pas dans la série, j’étais un peu comme lui du haut de mes 25 ans.

– Vous évoquez la proximité entre McGee et Gibbs. Qu’en est-il de la relation entre vous et Mark Harmon, l’interprète de Gibbs ?

Depuis le temps que nous travaillons ensemble, nous avons développé une grande complicité, comme avec le reste de l’équipe. Nous nous connaissons tous très bien. Vous savez, j’ai passé plus de temps dans la peau de McGee qu’en compagnie de ma propre femme ! La force de cette série repose avant tout sur la grande proximité qui existe entre ses comédiens. Pas un seul d’entre nous ne prend les choses pour acquises. Nous sommes une vraie bande de potes. Au beau milieu d’une scène, on finit parfois par oublier que l’on est en train de jouer.

– Depuis le départ de Cote de Pablo, l’interprète de Ziva, beaucoup de fans continuent de réclamer son retour. Reviendra-t-elle un jour ?

Je pense que tout est possible. Cela reste ouvert. Ziva peut réapparaître à tout moment. Après, si cela doit ne jamais arriver, il faudra l’accepter. Le départ de Cote a été un challenge à surmonter pour toute l’équipe, et je crois pouvoir dire que nous y sommes arrivés. Il faut continuer comme ça. C’est dans l’adversité que l’on se révèle.

– À titre personnel, vous arrive-t-il de penser à votre départ de la série ? Craignez-vous que votre personnage soit tué un jour ?

Je crois que l’on a tous eu peur à un moment ou à un autre d’être tué par les scénaristes. Même Gibbs n’est pas intouchable. C’est ce qui fait la force de la série. Tout peut arriver. Par conséquent, j’essaye plutôt de me convaincre de profiter de chaque instant. Je ne suis pas du genre à dépenser mon énergie à m’inquiéter sans raison.

– NCIS est l’une des séries policières les plus anciennes du petit écran. Quel est selon vous le secret de cette longévité ?

Contrairement à beaucoup d’autres séries du même genre, NCIS ne se prend pas vraiment au sérieux. Les héros ont beau devoir faire face à des situations dramatiques, ils arrivent malgré tout à conserver une légèreté dans leurs propos, dans leurs attitudes. C’est ce qui, je pense, plaît au public.

A LIRE :

NCIS Los Angeles : Enfin la suite sur M6 !