Panthers : la série quatre étoiles de Canal+


Par publié le 24/10/2015 à 06h01


Après la deuxième saison des Revenants, la chaîne cryptée continue de dégainer des joyaux avec cette série choc qui dépeint la traque d’un célèbre gang de braqueurs des années 2000 par les policiers lancés à ses trousses.

Les séries françaises musclent leur jeu en ce moment sur notre petit écran. Après Le Mystère du lac et Une chance de trop sur TF1 et Dix pour cent du côté de France 2, c’est au tour de Canal + de sortir la grosse artillerie avec Panthers. Cette série francobritannique en six épisodes relate l’épopée des Pink Panthers, un groupe criminel venu des Balkans qui depuis le début des années 2000 a collectionné à son impressionnant palmarès pas moins de 110 casses de bijouterie de luxe aux quatre coins de la planète, de Dubaï à Tokyo, en passant par Saint-Tropez, Genève, Monaco et Courchevel. Le gang a hérité son surnom de Scotland Yard, lorsque la police anglaise a retrouvé dans l’un de leurs produits de beauté une bague en diamant d’une valeur de 500 000 livres, comme dans le film La Panthère Rose…

Un casting international

Le récit est porté par un vaste casting international, dont émergent entre autres Samantha Morton (Minority Report, Accords et Désaccords), l’icône britannique John Hurt (cinquante-trois ans de carrière) et Tahar Rahim (César du Meilleur acteur en 2010 pour Un prophète), l’un des jeunes talents les plus fracassants du Septième Art hexagonales. Le compagnon de Leïla Bekhti incarne un flic fermement résolu à arrêter cette bande hyper-organisée. Un dieu a fait la musique… Il y a donc du beau monde devant la caméra, mais aussi derrière. C’est Jack Thorne, le brillant scénariste de Skins et de Shameless, qui a composé l’intrigue de Panthers. Le Suédois Johan Renck, à qui l’on doit entre autres plusieurs épisodes de Breaking Bad et de Walking Dead, officie comme réalisateur. Les producteurs ont vu grand aussi au niveau du budget puisque 20 millions d’euros ont été consacrés à la conception du feuilleton.

Une collaboration d’exception

Même la bande-originale bénéficie d’un traitement d’exception puisque c’est David Bowie en personne qui s’y est attelé en créant Black Star, un morceau noir et percutant. Une collaboration d’autant plus prestigieuse que l’artiste n’avait jamais accepté jusqu’ici de signer de musique pour la télévision ou le cinéma ! «Pour le générique de Panthers, je rêvais de l’une des idoles de ma jeunesse, mais c’est carrément Dieu que j’ai rencontré !, a expliqué Johan Renck, euphorique. J’ai montré à David Bowie les deux premiers épisodes, qui étaient alors inachevés, et il s’est montré très enthousiaste. Nous avons passé en revue les différents aspects de la série : l’intrigue, bien entendu, mais aussi les thèmes sous-jacents, tels que la culpabilité et les faiblesses des personnages. Nous avons discuté de la face sombre de l’Europe et de la nature humaine, vue sous un angle biblique. Il m’a demandé s’il y avait d’autres choses à voir, et je lui ai montré la maquette que je venais de créer pour le générique d’ouverture. C’est à ce moment-là qu’il a dit qu’il était partant.» Cette fresque teintée de sang, de sueur et de larmes a tout pour devenir un succès et devrait vraisemblablement avoir une suite, les producteurs ayant clairement exprimé leur volonté «d’en donner peu pour créer un manque plus vite»… À savourer donc sans modération de la première à la dernière image !

A lire :

Saison 2015/2016, les nouvelles séries à ne pas manquer

Supergirl, Minority Report : 10 nouvelles séries à suivre