Nina : France 2 a trouvé son Grey’s Anatomy


Par publié le 24/06/2015 à 09h00


Ex-étudiante en médecine devenue infirmière sur le tard, cette héroïne aussi jolie que positive devrait faire souffler de bonnes ondes sur la chaîne publique en ce début d’été.

Adorées aux États-Unis, les « séries de blouses blanches » n’ont jamais
séduit en France. L’Hôpital, Le Cocon et, très récemment, Interventions se sont révélées de spectaculaires échecs d’audience. France 2 devrait réussir à vaincre le mauvais sort avec l’excellent feuilleton Nina. Portée par Annelise Hesme, une habituée du petit écran, elle nous fait partager le quotidien d’une infirmière-stagiaire pas tout fait comme les autres puisque qu’elle est presque quadragénaire et que ce n’est qu’après s’être longtemps consacrée à sa famille qu’elle a décidé d’embrasser cette profession. Notre novice va devoir travailler au sein de l’hôpital Madeleine-Brès avec des collègues et des responsables hiérarchiques parfois beaucoup plus jeunes qu’elle, tout en s’occupant de Lily, son ado qu’elle couve comme une poule son poussin car elle a récemment vaincu un cancer. Toute ressemblance avec une fiction existante n’est pas vraiment fortuite puisque cette Nina hexagonale va largement chercher son inspiration du côté de Grey’s Anatomy. Telle Meredith Grey, dont la maman, Elis, était une chirurgienne de pointe, Nina connaît le milieu médical puisque sa mère était une obsté tricienne de renom et son père l’ancien directeur de l’établissement dans lequel elle évolue…

AMOUR, GLOIRE ET PERFUSION

Comme dans le show d’ABC, les cas cliniques, pourtant fouillés, passent souvent au second plan par rapport aux démêlés personnels, voire carrément intimes, des personnages. Fraîchement divorcée de Costa Antonakis, l’homme avec qui elle a été mariée pendant quinze ans et qu’elle a quitté après une infidélité, Nina va ainsi devoir le côtoyer au quotidien car il se trouve qu’il est son nouveau chef de service… Et puisque la flamme entre eux n’est pas tout à fait consumée, la première saison promet de réserver aux téléspectateurs pas mal de valses-hésitations sentimentales et de scènes de jalousie, le tout sous l’oeil de Léo, la référente et amie de Nina, qui conjure sa copine de ne pas céder à nouveau au charme de son beau gosse d’ex-mari. Côté boulot, les choses ne seront pas simples non plus pour elle. Malgré leur séparation, la divine brunette devra se battre contre l’étiquette encombrante de « femme du patron » qui lui colle à la peau, affronter à plusieurs reprises des accusations de faute professionnelle et tenir tête à certains pontes qui n’apprécient ni son franc-parler, ni le fait qu’elle outrepasse, à leurs yeux, sa fonction subalterne. « Vous êtes sur ma liste noire. La dernière qui s’y est retrouvée ramasse des poubelles dans un hospice », persifle ainsi le docteur Samuel Proust après qu’elle l’a involontairement ridiculisé devant ses confrères. « Vous venez à peine d’arriver que vous me pourrissez déjà la vie », lui assène de son côté Pascal N’Guyen, le grand maître des lieux. Bref, il y aura des luttes de pouvoirs, du sang, de la sueur et des larmes au programme, mais aussi du rythme et de l’humour, une somme d’ingrédients qui devrait aller droit au coeur des téléspectateurs.

A LIRE :

Grey’s Anatomy : Notre Top 10 des beaux gosses de la série

Grey’s Anatomy : Mariage, départ…Ce qui vous attend dans la saison 10