Une chance de trop : Alexandra Lamy, le retour en grâce

PHOTO: 1/5

une chance de trop


Par publié le 12/10/2015 à 07h00


L'ex-femme de Jean Dujardin a sans doute trouvé dans l'adaptation télé du bestseller d'Harlan Coben, Une chance de trop, l'un des plus beaux rôles de sa carrière.

S’il y a bien une chose que les comédiens détestent par dessus tout, c’est d’être réduits à un seul rôle, un registre unique. Pendant longtemps, la carrière d’Alexandra Lamy a été ramenée, dans l’esprit du grand public, aux pitreries de Chouchou et Loulou, le couple qu’elle a incarné, quatre années durant, avec son ancien mari Jean Dujardin dans le programme court de France 2 Un gars, une fille.

Changement d’univers pour Alexandra Lamy

Portée par le désir de rompre avec cette image de «blonde qui fait rire», mais surtout de «comédienne de télévision», la soeur d’Audrey Lamy a préféré tourner le dos pendant de longues années au petit écran, pour se consacrer au théâtre – elle fut nommée en 2004 au Molière de la Révélation féminine – mais également au cinéma (Brice de Nice, On va s’aimer, Ricky, L’Oncle Charles, J’enrage de son absence…). Pour convaincre Alexandra de revenir dans le giron télévisuel, il fallait donc un projet d’envergure, doublé d’un rôle solide. Avec Une chance de trop, adaptation en série du best-seller du romancier américain Harlan Coben, la voilà servie. Particulièrement à l’aise dans le registre dramatique, l’actrice de 43 ans crève l’écran sous les traits d’une mère de famille qui va devoir se battre pour prouver son innocence, alors que tout semble l’accuser du meurtre de son mari et de l’enlèvement de sa petite fille.

Alexandra Lamy, une femme pleine d’humanité

S’il ne connaissait pas Alexandra avant le début du tournage d’Une chance de trop, Harlan Coben, qui a chapeauté l’ensemble du projet en qualité de showrunner, n’a pas hésité très longtemps avant de valider ce choix, alors que le personnage principal de son roman était un homme : «Lorsque le nom d’Alexandra Lamy a été évoqué, je me suis mis à regarder ce qu’elle avait fait auparavant. Et j’ai découvert une grande actrice, pleine d’humanité, confie maître du polar. Je sais qu’elle est principalement connue pour avoir joué dans le registre de la comédie. C’est vraiment surprenant de la voir aussi crédible dans un rôle dramatique.». Provenant d’un écrivain aux 50 millions de livres vendus de par le monde, voilà un hommage qui a de la valeur.

A lire :

Ensemble… c’est tout

Shortcoms : Moins c’est long, plus c’est drôle

Nathalie Péchalat : «Être associée à Jean, ça ne m’aide pas»