The Musketeers : les 3 mousquetaires à l’anglaise


Par publié le 31/05/2015 à 10h00


La saga d'Alexandre Dumas n'en finit pas d'inspirer les producteurs. Les valeureux protecteurs du roi reviennent dans une adaptation britannique décapante, qui modernise sans les dénaturer les aventures de D'Artagnan et ses compagnons.

Quand, à partir de juillet 1844, Alexandre Dumas publia en feuilleton son roman Les Trois Mousquetaires, il était loin d’imaginer – même en adaptant lui-même leurs aventures pour le théâtre – que ses héros allaient devenir les archétypes du genre «cape et épée» à travers de nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision. Dernière en date : The Musketeers, produite par les chaînes BBC One et BBC America, une fresque romanesque à grand spectacle, en dix épisodes de 52 minutes pour la première saison, laquelle est diffusée sur TMC à partir de cette semaine. L’histoire nous replonge bien sûr dans la France du XVIIe siècle : D’Artagnan et ses trois compères sont au service du roi Louis XIII et de la reine Anne et cherchent à déjouer les complots du cardinal de Richelieu, lequel s’efforce d’imposer avec machiavélisme sa vision d’un État moderne, avec la complicité de la troublante Milady de Winter. Comme il se doit, The Musketeers apporte une touche de modernité aux personnages, mais il les remet au goût du jour sans trahir l’esprit du roman d’origine : celui d’une rocambolesque saga historique, avec son lot de trahisons et de manipulations et ce mélange intemporel de passion, de rebondissements, d’amour, d’héroïsme et de fraternité. BBC oblige, le tout est ici saupoudré d’un humour typiquement «british».

Acteurs et réalisation au top

Le ton épique, la réalisation musclée et les costumes sont autant de promesses d’une adaptation réussie, tout comme le casting, dans lequel on retrouve notamment, côté mousquetaires : Luke Pasqualino (Les Borgias, Skins) en D’Artagnan ; Santiago Cabrera (Heroes, Merlin) en Aramis ; Tom Burke (The Hour) en Athos et enfin Howard Charles, de la Royal Shakespeare Company, en Porthos. Dans le clan du cardinal, Maimie McCoy (Personal Affairs) incarne une Milady plus machiavélique que jamais, Marc Warren est l’ignoble comte de Rochefort et c’est l’excellent Peter Capaldi qui endosse la robe de Richelieu. Un costume qu’il a dû quitter à l’issue de la saison 1 pour endosser celui, tout aussi mythique, du Doctor Who. Un départ qui n’a en rien troublé les scénaristes : «Le cardinal était en périphérie de l’action de cette première saison, précise la production. Bien qu’il disparaisse assez vite, cela ne signifi e pas qu’il ne continue pas à exercer son influence d’outretombe…» The Musketeers nous promet de belles chevauchées et des combats musclés : 90 % des cascades ont été réalisées sans trucage. Bref, une série de cape et d’épée comme on les aime.

A LIRE :

Top 10 des beaux gosses des séries US

Scandal, The Walking Dead : notre top 5 des séries US