On a démasqué Zorro


Par publié le 23/07/2014 à 06h02


Le personnage de Zorro a inspiré des romans, des BD, des fi lms, des séries, des dessins animés… et même des jeux ! Comme tous les héros, Zorro a sa légende.

Si officiellement don Diego de la Vega, ou Zorro, est né en 1919 de l’imagination du romancier américain Johnston McCulley, on retrouve la trace d’origines bien plus anciennes dans la culture populaire. D’ailleurs, beaucoup de héros de la littérature et du cinéma ont été inspirés par un personnage réel. Les auteurs de ces récits ont toujours puisé dans leur entourage ou dans l’actualité contemporaine de leur époque pour créer ces justiciers. Les exemples ne manquent pas, à commencer par Robin des Bois, qui ne fait plus vraiment l’unanimité chez les historiens…

 

Pourquoi en serait-il autrement pour Zorro ? Un justicier masqué, toujours vêtu de noir, a-t-il combattu l’injustice en Californie espagnole au XIXe siècle ? Il semblerait qu’un « personnage » ait bien combattu, vers 1840, certains notables de la frontière mexicaine et californienne qui méprisaient et exploitaient les indiens yaquis. L’imagerie populaire n’en dit pas plus… Tant mieux, les héros préfèrent garder leur part de mystère, comme Zorro, qui veut dire « renard » en espagnol.

 
À la pointe de l’épée

 
Si le cinéma s’est emparé du personnage dès 1920, c’est en 1957 que les studios Walt Disney produisent pour la télévision les 78 premiers épisodes d’une série qui connaîtra immédiatement le succès. Dès le générique, on comprend le combat du héros : « Un cavalier, qui surgit hors de la nuit, court vers l’aventure au galop (…) Son nom, il le signe à la pointe de l’épée, d’un « Z » qui veut dire Zorro (…) Zorro, renard rusé qui fait sa loi… » C’est Guy Williams qui endosse le costume de Diego de la Vega. Romans, films ou série télé, le principe reste le même : le jeune aristocrate se métamorphose quand il pose son masque et son chapeau noirs.

 

Il devient Zorro, héros maniant l’épée à la perfection et défendant les faibles et les opprimés de la tyrannie du commandant Monastorio. Comme tous les héros, Zorro a son fidèle compagnon : Bernardo, sourd et muet, est bien plus qu’un simple serviteur pour Diego, et une forte amitié unit les deux hommes. Sa ruse, qui consiste à se faire passer pour le simplet du village, s’avère efficace pour espionner pour le compte de Zorro. Autre personnage sympathique de la série, le sergent Garcia, amateur de bonne chère et de vin.

 

 

Renard rusé…La diffusion régulière de la série réveille des souvenirs d’enfance pour beaucoup et la colorisation lui garantit encore de beaux jours. Quant aux acteurs, ils jouent le jeu à la perfection, notamment Henry Calvin, inoubliable Garcia, qui vole souvent la vedette au héros. Une série culte donc, avec des épisodes rythmés, de l’humour et une morale. Zorro reste de fait un héros indémodable, qui a été transposé à plusieurs reprises sur grand écran : ainsi Douglas Fairbanks, Tyrone Power, Alain Delon et plus récemment Antonio Banderas ont incarné le justicier masqué dans des productions à succès.

 

Rançon de la gloire : Zorro a été souvent parodié. Une mention spéciale à Henri Salvador pour sa chanson Zorro est arrivé.