Kev Adams : «Vous n’avez pas fini de me voir»


Par publié le 15/12/2014 à 10h05


Si la diffusion à Noëm d'un long épisode spécial de Soda, sur M6, mettra un terme quasi définitif à sa sitcom fétiche, le comédien ne sera pas pour autant désoeuvré en 2015 entre ses spectacles et ses rôles au cinéma. Une année charnière dans sa carr

KEV ADAMS : LA STAR DES ADOS

 

- Jusqu’ à présent, vous étiez la star des ados, vous êtes en train de devenir la star de toute la famille. Comment vivez-vous l’engouement que vous suscitez ?

 

En tournée avec mon spectacle Voilà voilà, je ne ressens que de l’amour. Malheureusement, je n’ai pas forcément le temps de m’attarder ensuite, même si je fais des photos et quelques bisous. Je prends tout ça sans problème, Mais ce ne sont pas des choses qui durent éternellement. De la part du public, c’est toujours bienveillant. Bon, parfois, ils cassent des voitures (rires)…
- Avez-vous un garde du corps ?

 

Oui, j’en ai un. Il m’est déjà arrivé de me faire agripper dans la rue, juste pour une photo. Je préfère éviter ça !
- Et comment les « gens du métier » vous perçoivent-ils maintenant que vous avez atteint ce statut ?

 
Plus vraiment comme un ado. J’ai la chance d’avoir d’autres types de proposition. Je grandis, j’évolue. Je le fais sentir dans mes spectacles : j’explique comment je me sens, je parle de choses plus intimes, de mes regrets, mes joies, ma famille. Aux « gens du métier », j’ai envie de prouver que je peux faire quelque chose de novateur et que je suis un bosseur.
- Quelques privilégiés ont pu voir en avant-première à Paris Un trop long week-end, le premier prime time de Soda, et l’accueil est très enthousiaste. Cela vous surprend-il ?

 

Oui, et je suis très heureux du résultat. Nous avons tourné pendant dix-huit jours seulement au printemps dernier, ce qui est très peu pour un 90 minutes : c’est autant que pour un court-métrage de cinéma !

 

SODA : LA SÉRIE

- À quand un retour à la télévision pour une nouvelle série ?

 

Je travaille sur un projet. Mais si je reviens à la télé, j’ai envie de revenir dans un rôle différent de celui de Soda.
- Vous n’en pouvez plus d’Adam ?

 

Adam, c’est mon double – dans la rue on m’appelle Soda ! –, mais j’ai envie d’un nouveau souffle.
- Ne seriez-vous pas prêt à continuer à grandir avec votre personnage fétiche ?

 

Si c’est pour faire « Adam adulte », c’est non ! C’est une série qui traite d’un moment de la vie qui est l’adolescence. On m’a proposé de montrer Adam dans son studio ou à la fac. On ne l’a pas fait et on ne le fera pas, ce serait pousser le bouchon trop loin. J’ai proposé à M6 de continuer Soda sans moi. Aujourd’hui, je ne m’y sens plus à ma place. Je ne suis pas Joséphine, ange gardien (rires) ! Si on revient, il faut que cela soit de façon événementielle. Il y aura un deuxième long épisode, peut être un troisième, mais pas plus. Soda a été une bonne école, où l’on tournait 14 épisodes par jour. En dix ans de théâtre, je n’ai pas appris autant.

 

KEV ADAMS, AU CINÉMA

- Comment vous voyez-vous vieillir ?

 

J’aurais honte d’être l’éternel humoriste des ados à 50 ou 80 ans ! J’aime ce métier pour de vrai, j’en ai rêvé. Aujourd’hui, je sais que rien n’est acquis, je flippe tous les jours, je suis dans une anxiété permanente.
- Et au cinéma, comment se présente l’année prochaine ?

Les Nouvelles Aventures d’Aladin sortent le 14 octobre 2015. J’y joue le rôle principal avec Jean-Paul Rouve et Éric Judor. Je vais aussi jouer dans trois autres films et je suis sur scène jusqu’en juin 2015. Je ne suis qu’au début de ce que je veux faire. Vous allez en avoir encore pour quelques années avec moi, vous verrez (rires) !

 

A LIRE : 

PeP’s, Soda, Glee : pas de vacances pour vos séries