Johnny Lee Miller – Elementary : Interview exclusif


Par publié le 30/11/2014 à 02h43


- Pensez-vous avoir désormais un sens de la déduction plus développé que le commun des mortels ?   Je suis déjà très fort pour garder des secrets. Je pense que même sous la torture, je ne cracherais pas le morceau ! (rires) Mais oui, de manière générale, j’aime penser que je suis assez doué pour […]

- Pensez-vous avoir désormais un sens de la déduction plus développé que le commun des mortels ?

 

Je suis déjà très fort pour garder des secrets. Je pense que même sous la torture, je ne cracherais pas le morceau ! (rires) Mais oui, de manière générale, j’aime penser que je suis assez doué pour recouper des informations et faire éclater la vérité. Je suis quelqu’un d’observateur. Le plus drôle, c’est qu’à force on commence à regarder les choses différemment quand on travaille dans ce genre de séries. Ce n’est pas seulement une question de personnages, c’est aussi une question de trame… et celle d’Elementary ne peut que vous pousser à vous focaliser sur le moindre détail.
- C’est donc une série qui rend plus intelligent ses interprètes ?

 

(Rires) On peut dire ça ! Je dois aussi beaucoup solliciter ma mémoire pour retenir mon texte. Grâce à cette série, j’ai vraiment l’impression que mes facultés d’observation ont décuplé ! En apprenant tous ces dialogues, on est forcément un peu plus alerte. Mais bon, ma femme vous soutiendra peut-être le contraire ! Enfin, les scénaristes trouvent constamment des manières futées de lier les éléments entre eux, pour rendre les enquêtes intéressantes, passionnantes et palpitantes, et tout cela influence notre manière de voir les choses. Honnêtement, être observateur et savoir jauger une situation rapidement, c’est également très utile dans le métier d’acteur, vous savez.
- Auriez-vous fait un détective efficace ?

 

J’ai eu la chance de rencontrer de vrais détectives et de collaborer avec eux, et je dois vous dire que ce métier est un véritable sacerdoce ! C’est beaucoup de travail, des heures à rallonge, une vie de famille inexistante et souvent des journées monotones. Et pour couronner le tout, un salaire de misère ! Ce n’est pas du tout glamour !
- Vous avez grandi en Angleterre, où Sherlock Holmes fait partie des piliers de la culture populaire. Avez-vous inconsciemment subi son influence ?

 

Non, je n’avais jamais lu les livres auparavant ! Ce n’est seulement qu’après avoir signé pour Elementary que je m’y suis nourri de culture holmesienne ! C’était important pour construire mon personnage et l’étoffer. Cela dit, je connaissais bien les films dans lesquels des acteurs incarnaient cette légende ! Et il y en eu pléthore !

 

 

– Elementary a choqué le public en faisant de Watson et de Moriarty des personnages féminins. Qu’est-ce que cela apporte de plus à l’intrigue que ces personnages soient des femmes ?

 

C’est difficile de parler à la place du créateur de la série. Au départ, je crois qu’il voulait que Watson soit une dame, histoire de mettre des bâtons dans les roues de Sherlock, étant donné son incapacité à entretenir des relations avec la gent féminine. Et je pense que c’était très malin de sa part de reproduire ce type de relation avec Moriarty, parce que personne ne s’y attendait. Bref, Robert Doherty a réussi à prendre tout le monde à contre-pied !
- Vous vous êtes fait connaître du grand public en 1996 avec Trainspotting. Il paraît que le réalisateur Danny Boyle serait en train de travailler sur le deuxième volet de ce film. Est-ce que vous pensez être de nouveau à l’affiche ?

 

Je l’espère bien ! Je crois savoir qu’ils ont pour projet de se baser sur le second volet qu’à écrit l’auteur, Irvine Welsh, et qui a pour titre Porno. Or, Sick Boy, mon personnage, occupe une très grande place dans ce livre, donc j’espère bien que je ferai partie du projet ! Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai reçu une carte postale de Danny Boyle, comme il sait faire, avec quelques lignes dans lesquelles il me disait qu’il allait commencer à travailler dessus. C’est tout ce qu’il m’a dit… (rires)


Elementary
Série/Feuilleton – Policier (55 min)
VENDREDI 05 DÉCEMBRE 2014 À 20H50
saison 2 – Episode 1 : London calling


A LIRE : 

Elementary : simplement efficace
Quand le cinéma inspires les séries
Des séries aux couleurs de Spielberg
Profilage : Les secrets du carton de la série star de TF1

Application mobile et tablette Télé Magazine sur Google Play et AppStore

Application mobile Télé Magazine pour Android Smartphone, Android Tablette, iPad et iPhone. Avec Télé Magazine, personnalisez votre programme TV. Un mag TV sur mesure.