Ex-stars de séries, que sont-elles devenues ?


Par publié le 04/08/2014 à 05h09


Tout acteur de télé rêve d’un destin à la Johnny Depp, rendu célèbre par 21 Jump Street. Mais le sort en a décidé autrement pour nombre d’entre eux. La preuve…

Jaclyn Smith :  Drôles de dames

La jolie brune, qui ne comptait pas pour des prunes dans le trio des Anges de Charlie, a depuis 1981 multiplié les téléfilms (une bonne vingtaine), pimentant plus récemment sa filmographie de quelques apparitions dans les séries Washington Police et New York, unité spéciale, puis incarnant la maman de Hodges dans Les Experts. Depuis 1985 – et à l’époque c’était très innovant –, elle collabore avec les magasins Kmart pour lancer des collections de vêtements, de linge de maison, d’objets de décoration, de meubles de jardin et même de perruques. Elle possède également sa propre marque de cosmétiques, et c’est une véritable success story (à voir sur Jaclynsmith.com).

 
Scott Bakula  : Code Quantum

 

La conclusion en 1993 des aventures spatiotemporelles de Sam Beckett, de l’hologramme AI et de Ziggy, l’ordinateur à architecture parallèle, n’a pas freiné la carrière de l’acteur. À la télévision, on l’a notamment vu dans une centaine d’épisodes de Star Trek : Enterprise, mais aussi dans quelques-uns de Chuck et de Desperate Housewives. Au cinéma, il a tourné une douzaine de films, dont The Informant ! et Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh. Il sera également l’un des agents de NCIS : New Orleans, la série dérivée de NClS, attendue en 2015.
Joan Collins : Dynastie

 

Comment oublier l’interprète d’Alexis Carrington Colby, la reine des crêpages de chignons, que personne n’a réussi à détrôner entre 1981 et 1989 ? Son parcours a ensuite été semé de téléfilms et d’apparitions dans quelques longs-métrages, comme Les Pierrafeu à Rock Vegas (elle a repris le rôle tenu par Liz Taylor dans La Famille Pierrafeu) et, dernièrement, dans une pub extraordinaire pour une marque de barres chocolatées, où elle fait sa diva. Elle a également lancé sa propre marque de produits de beauté au printemps dernier (à voir sur Joancollinsbeauty.com).
Lindsay Wagner : Super Jaimie

 

Une fois ses prothèses bioniques ôtées, en 1978, la comédienne a ajouté pas moins de 45 téléfilms – médiocres – à sa filmographie. Dernièrement, elle a tourné dans six épisodes de la série fantastique Warehouse 13. Elle est également très active dans le domaine du développement personnel, donnant des conférences et organisant régulièrement des séminaires (à voir sur Lindsaywagnerinternational.com).
Tony Danza : Madame est servie

 

Tony Micelli, l’homme de ménage toujours souriant au service d’Angela Bower, a eu du mal a se faire oublier. Après 1992, on a retrouvé Tony Danza dans la série Associées pour la loi et dans quatre épisodes de The Practice : Bobby Donnell et Associés, alors que son Tony Danza Show n’a tenu qu’une seule saison. Sur les planches, l’acteur sexy s’est produit dans la comédie musicale The Producers et dans quelques pièces, notamment The Iceman Cometh. Au cinéma, rien de bien marquant, sauf peut-être Don Jan, avec Scarlett Johansson et Julianne Moore, l’année dernière.
Robert Wagner : Pour l’amour du risque

 

Avec sa fidèle Jennifer, Jonathan Hart, le justicier milliardaire, a rendu la vie dure aux gangsters. Une fois cette belle vie derrière lui, en 1984, Robert Wagner a végété jusqu’à ce qu’on lui propose de reprendre son rôle fétiche dans une série de six téléfilms, entre 1993 et 1996. Ensuite, on le retrouve surtout sur grand écran, avec notamment des seconds rôles dans Sexcrimes ou La Tête dans le carton à chapeau. Et il tente de garder son sérieux dans les trois films de la saga Austin Powers, où il incarne Numéro 2… le No 2 du Dr. Denfer. Après être apparu dans sept épisodes de Mon oncle Charlie, Robert Wagner campe désormais régulièrement le papa d’Anthony DiNozzo dans la série NCIS.
Pamela Anderson : Alerte à Malibu

 

Difficile de faire oublier sa longue chevelure blonde, ses jambes fuselées, sa poitrine siliconée moulée dans un maillot rouge et ses sprints au ralenti sur la plage ! Si la série V.I.P., dans laquelle elle incarnait Vallery Iron, une gade du corps sexy,lui a permis de prolonger jusqu’en 2002 ses années de gloire, elle est depuis plu connue pour ses frasques sentimentales, ses changements de taille de seins et ses looks successifs que pour ses contributions au cinéma ou à la télévision. Sa tentative de come-back en 2005  dans les lectures d’une blonde s’est soldée par un échec : le show n’a pas atteint les vingt épisodes.