Devious Maids : Soumises, vous avez dit soumises


Par publié le 07/07/2014 à 12h15


M6 joue la carte du contraste en proposant d’un côté cinq domestiques vivant dans l’ombre de leurs riches patrons, et de l’autre l’ambitieuse Olivia Pope. Après analyse, ne sont pas soumises celles que l’on croit…

Souvent femme varie » dit la célèbre phrase du roi François Ier. Un axiome que l’on pourrait appliquer aux feuilletons que nous offre M6 en ce moment. Parmi ces fictions de la saison, on trouve en effet Devious Maids, un feuilleton qui nous plonge dans le quotidien de cinq – sublimes – immigrées latinas chargées de briquer en silence les meubles et les sols des demeures les plus huppées de Los Angeles.

 

Et quand leur vient l’idée de se rebeller contre les caprices de leurs insupportables employeurs, Marisol, Carmen, Zoila, Valentina et Rosie sont rapidement remises à leur place, entre leurs flacons de détergent et l’aspirateur. Des créatures que l’on peut rapprocher de Betty Draper de Mad Men, qui a passé des années à entretenir son intérieur et à cuisiner des petits plats à son don juan de mari, avant de divorcer, ou de Bree Van de Kamp de Desperate House wives, archétype – en apparence – de la parfaite épouse dévouée et ménagère compulsive. Aux antipodes des Devious Maids, se dresse Olivia Pope de Scandal.

 

Conseillère en gestion de crise à la main de fer appelée à travailler auprès du Président des États-Unis, elle ne laisse jamais aucun importun se mettre en travers de son chemin, telles d’autres « killeuses » du petit écran : Alicia Florrick, la brillante avocate de The Good Wife, qui a gagné son indépendance à la force du poignet, ou sa redoutable collègue des prétoires de Damages, Patty Hewes, une véritable orfèvre en matière de manipulation psychologique, ou encore Birgitte Nyborg, élue premier Ministre du Danemark dans Borgen, mais aussi Catelyn Stark et Cersei Lannister, les deux chefs de clans et ennemies jurées de la série Game of Thrones.

 

Entre les puissantes et les asservies, les plus libres ne sont pas forcément celles que l’on croit : ainsi, les Devious Maids finiront par se délivrer (un peu) du joug de leurs patrons en découvrant leurs vilains petits secrets. Une émancipation qui a plu à Ana Ortiz, l’actrice qui interprète Marisol Suarez : « Quand j’ai lu le titre la première fois, je me suis dit : “Vraiment… ? Des bonnes ?” Puis je me suis rendu compte que ces femmes de ménage constituaient vraiment le centre moral de la série. Ce sont elles qui sont fortes, qui sont vraiment drôles. » Plus influente sur le papier, Olivia Pope restera, elle, longtemps prisonnière d’un amour difficilement avouable…