Découvrez les dessous de Nus et culottés


Par publié le 10/06/2015 à 06h00


Nans Thomassey et Guillaume Mouton, alias Nans et Mouts, reprennent la route pour une troisième saison pleine de nouvelles aventures, de nouveaux objectifs et d’émotions.

Depuis 2012, Nans et Mouts se lancent des défis pour parcourir la terre entière à leur façon, c’est-à dire nus et sans argent. Cette année, les règles n’ont pas changé, le duo n’a pour bagage que ses petites caméras, un enthousiasme effervescent et une foi indélébile l’un en l’autre. Impossible de les dissocier : ils sont deux, mais n’ont qu’une seule voix pour répondre aux questions.

À l’origine : soirée agitée et rêves de gosse

« L’idée est née lors de nos études d’ingénieurs, au cours d’une soirée mouvementée en 2008. Puis on ne s’est pas vu pendant deux ans, pour tester le concept chacun de son côté. Après, il a fallu se lancer. Même si on réalisait des rêves de gosse, ce ne fut pas facile, mais un petit fi lm est né de cette aventure. Nous l’avons envoyé à une boîte de production [Bonne Pioche, NDLR] qui a été séduite. Nus et culottés venait de voir le jour. »

Objectif rencontres

« Dès la saison 1, le pari était d’aller à la rencontre de certaines valeurs humaines qui existent encore bel et bien. Ces véritables pépites, on les découvre au fi l de nos rencontres avec les gens que nous croisons. Même à l’issue de cette troisième saison, on reste impressionnés par l’accueil que l’on nous réserve. Les vrais ”culottés”, ce n’est pas nous, mais ceux qui nous prennent en stop, nous offrent à manger ou nous ouvrent leur porte pour nous héberger une nuit. Oui, le monde d’aujourd’hui est plein de générosité et d’humanité. »

Savoir « digérer » les aventures

« Si nous avons pris de longs mois pour enchaîner cette troisième saison, c’est pour mieux savourer nos surprises des années précédentes. Il nous fallait digérer et faire mûrir pleinement nos aventures, nos émotions, nos peurs, voire notre ras-le-bol quand on galère, avant d’en envisager d’autres. Il n’y a pas de bilan à dresser, toutes les rencontres, même brèves, ont été enrichissantes. Pourquoi en mettre une plus en valeur qu’une autre ? Ce n’est pas notre objectif. »

Aucune provocation autour de la nudité

« Non, nous ne sommes pas exhibitionnistes. D’ailleurs, à l’image, on voit toujours que l’on se protège avec des feuilles de vigne. Même si l’on voit de temps en temps nos fesses, rien de provocant. La nature est riche, et quand on peut aller vers des gens, on a toujours pris soin de trouver un minimum de vêtement, même si c’est un simple buisson ou une vieille bâche pourrie. Avec ce genre d’expérience, on apprend vite l’humilité. »

Les ennuis, la drague

« Plusieurs fois, on a croisé la route de gendarmes curieux de savoir ce que l’on tramait avec nos ”déguisements”. Nous avons tout de même nos papiers avec nous et les explications, ça évite les ennuis. Quant à la drague, oui, on s’est fait draguer et on a dragué, mais dans le sens où l’on était tous dans le besoin d’échanges. C’est ça, le plus important. »

L’avenir

« Il nous faut vraiment prendre le temps de nous nourrir des expériences. Les gens que nous rencontrons ne sont pas des produits, et nous n’avons pas envie d’aller au supermarché tous les jours. En faire trop, ce serait gâcher le plaisir. Sans oublier, le besoin de retrouver notre entourage. Le propre des gamins que nous sommes, ce n’est pas de nous projeter dans le futur. Une saison 4 ? Laissez-nous rêver… »

Morale de l’histoire

« Rien ne sert de courir, il faut partir à poil ! » À noter : le site consacré à l’émission sur France5.fr propose un contenu enrichi sur chaque destination, avec des photos et des vidéos.

A LIRE :

Pollen, Océans : Notre sélection de documentaires pour les fêtes