Laurent Mariotte (Meilleur menu de France) : « Il faut mettre le terroir au coeur de l’assiette »


Par publié le 03/08/2015 à 09h00


Le cordon bleu de Petits Plats en équilibre profite de l'été pour nous mitonner Le Meilleur Menu de France, concours qui met à l'honneur sur TF1 les chefs et les traditions hexagonales.

– Quelle est la spécificité du Meilleur Menu de France, par rapport aux nombreux autres formats culinaires que propose le petit écran en ce moment ?

La différence, c’est que chez nous, ce n’est pas uniquement pour la télévision, mais pour de vrai, puisque notre gagnant proposera son repas lors du dîner de Gala des 150 ans de la Croix- Rouge. Et puis le produit régional est l’ADN du programme…

– Comment ont été choisis les participants qui sont en lice chaque semaine ?

Nous avons cherché à obtenir un équilibre entre les divers niveaux et styles de cuisine. On souhaitait également avoir des chefs qui ont du tempérament derrière les fourneaux… Par rapport aux autres défi s de ce type, nous sommes dans une vraie transparence et dans une démarche très positive. Le but, ce n’est pas d’écraser l’adversaire pour réussir tel qu’on peut le voir dans certaines émissions, c’est de véhiculer du feel good, comme on dit aujourd’hui. Nos candidats cuisinent ensemble et s’entraident. C’est savoureux à regarder, parce que c’est avant tout du partage et de la convivialité. Ce qui intéressant aussi, c’est que certains ont recours à des produits nobles, d’autres à des mets plus rustiques. Une excellente occasion de constater que ce n’est pas parce que l’on mise sur des ingrédients chers que l’on gagne forcément…

– Avec Yannick Delpech, comment vous répartissez-vous les rôles au sein de votre binôme de jurés ?

Yannick se focalise plus sur la technique, alors que je suis davantage soucieux de la saisonnalité et de la faisabilité des plats. De manière générale, on exige également que ce ne soit pas trop chichi, car les chefs ont souvent tendance à se compliquer trop la vie. La traçabilité locale est essentielle aussi. C’est une empreinte déterminante.

– Avec votre camarade, êtes-vous toujours à l’unisson quand vous jaugez la qualité des préparations ?

C’est une émission où il y aura beaucoup de surprises en termes de dégustation. Parfois, on s’engueulera, parfois on ne sera pas du tout d’accord… Mais vous verrez, il y aura des contraintes, des remarques qui feront avancer les concurrents. On répètera sans cesse qu’il faut mettre le terroir au coeur de l’assiette.

– Est-ce que l’expérience du Meilleur Menu de France pourrait se prolonger au-delà des vacances ?

Oui, on espère que cela se poursuivra à la rentrée, si le public répond présent. En tout cas, on a tout fait pour concerner les téléspectateurs en montrant des choses que les gens peuvent reproduire chez eux. Yannick Delpech et moi cuisinons d’ailleurs beaucoup à l’écran.

A LIRE :

Le meilleur menu de France, le nouveau concours culinaire de TF1

MasterChef s’arrête sur TF1 et déménage sur NT1