Ice Bucket CHallenge, un petit air d’autopromotion ?


Par publié le 08/09/2014 à 10h54


Les images font froids dans le dos, mais la pluplart se mouillent pour la bonne cause. Charité bienveillante ou exhibition ? Gare aux dérives !

Impossible de passer à côté du Ice Bucket ces derniers mois. En quoi ça consiste ? À se jeter un seau d’eau glacée sur la tête, non sans s’être fait filmer pour diffuser ensuite la vidéo sur le Net, puis à nommer trois autres personnes qui devront à leur tour relever le défi. Soit on se mouille, soit on paie ! La plupart des personnalités choisissent de faire les deux. Stupide pour certains, mais généreux pour d’autres, puisqu’à l’origine, il s’agit d’une campagne lancée pour recueillir des dons en faveur de l’association ALS pour la recherche contre la maladie de Charcot. Le point positif de l’opération, c’est qu’ALS a déclaré avoir ainsi collecté six fois plus d’argent que l’année précédente à la même période. Après les acteurs, chanteurs ou sportifs, voilà que les marques s’y mettent aussi. L’ours Coca Cola et le clown Ronald McDonald se sont jetés à l’eau.

 

Un bon coup de pub au passage. Faut-il être complètement givré pour faire un don ? On peut se demander si toutes ces personnalités n’auraient pas pu faire preuve d’autant de générosité, mais beaucoup plus discrètement. C’est en tout cas le sentiment de certains people comme Laurent Ruquier, qui n’a pas hésité à critiquer les vidéos d’Enora Malagré et de Nabilla : «Quand on fait un don, ce n’est pas pour faire de la publicité pour soi-même». Pas de douche froide, on s’en doute, pour l’animateur. Et il n’est pas le seul à douter de la sincérité du challenge. M. Pokora ou Zinédine Zidane ont eux aussi refusé d’entrer dans le jeu. Ce qui est certain, c’est que la mode du seau de glace va disparaître aussi vite qu’elle est arrivée. Est-ce que les dons seront alors toujours aussi conséquents ? Pas sûr du tout.