Les TOPS et les FLOPS des Miss Météo de Canal +


Par publié le 15/09/2014 à 12h50


Y a-t-il eu pire que Raphaëlle Dupire, éphémère Miss Météo du Grand Journal, évincée après seulement deux semaines d’antenne ? Éléments de réponse avec ce classement non exhaustif – ni tout à fait objectif – de celles qui l’ont précédée à ce poste si

TOPS

 
LOUISE BOURGOIN

De 2006 à 2008, l’apparition de cette parfaite inconnue au poste de Miss Météo du Grand Journal correspond à l’âge d’or du talk-show de Canal+, alors présenté par Michel Denisot. À l’aise et inspirée dans la plupart de ses sketchs, Louise Bourguoin ne tarde pas à faire montre de qualités de comédienne indiscutables. Le monde du cinéma ne s’y est pas trompé et lui a depuis ouvert grand ses portes.

 
AXELLE LAFFONT

La fille de Patrice Laffont pousse le bouchon de la Miss Météo décalée très loin en proposant des séquences plus déjantées les unes que les autres. Bien que manquant parfois de finesse, les shows burlesques d’Axelle Laffont font souffler un vent de folie sur le plateau de Nulle Part Ailleurs en 2000 et 2001.

 

 

DORIA TILLIER

Véritable caméléon, Doria Tillier a ensoleillé le plateau du Grand Journal pendant deux saisons d’affilée (2012-2014), apparaissant tantôt sous la minijupe d’une cagole niçoise, tantôt dans le tailleur gris d’une bourgeoise coincée. Cristina Cordula, Marion Cotillard et Monica Bellucci ont aussi fait partie de ses cibles préférées.

 

 

CHARLOTTE LE BON

Jouant volontiers de son physique très avantageux et tirant pleinement profit du potentiel comique de son accent québécois, cette native de Montréal n’a eu aucun mal à faire oublier Pauline Lefèvre, sa pâlotte devancière. À l’image de Louise Bourgoin, elle n’a pas tardé à se servir du Grand Journal comme d’un tremplin vers une carrière d’actrice aujourd’hui sur orbite.

 

 

 

MADEMOISELLE AGNÈS

Arrivée dans les rangs de Nulle Part Ailleurs en 1991, la future spécialiste mode de Canal + révolutionne la fonction de Miss Météo en osant sortir du cadre de la simple potiche annonçant bêtement le temps qu’il fera demain. Si ses prestations paraîtraient aujourd’hui bien sages au regard de ce que d’autres ont pu faire par la suite, Mademoiselle Agnès

 
FLOPS

 
PAULINE LEFÈVRE

Succédant à l’excellente Louise Bourgoin, l’ex-animatrice de Direct 8 était attendue au tournant. Pendant deux saisons au Grand Journal (2008-2010), Pauline Lefèvre fit souffler le chaud et le froid, victime de sketchs inconstants. Coup de grâce : le jury des Gérard de la télévision décerna en 2009 à sa météo le prix de « l’émission censée être humoristique mais pendant laquelle tu rigoles encore moins qu’avec une Théma d’Arte sur les camps de concentration ».

 
SOLWEIG REDIGER-LIZLOW

La remplaçante de Charlotte Le Bon n’aura tenu qu’une saison au sein du Grand Journal (2011-2012), éreintée par des critiques parfois violentes. Solweig garde un souvenir pour le moins amer de cette expérience, « entre censure permanente et humiliation », a-t-elle confié dans une interview au magazine Beware.

 
ÉGLANTINE ÉMÉYÉ

Présentatrice météo des plus sages à la fin des années 1990, la Toulousaine profitera malgré tout de cette vitrine médiatique pour se lancer dans une belle carrière d’animatrice qui l’emmènera à Arte, TF1, France 5, France 2…

 
ALEXANDRA KAZAN

L’actrice peut s’enorgueillir d’avoir été la première Miss Météo de l’histoire de Canal +. Nul se souvient vraiment de ses prestations, mais son souvenir est cher au coeur des plus vieux fans de Nulle part ailleurs. C’est déjà ça. Elle présenta aussi une saison de Taratata. Si, si.

 
CÉCILE SIMÉONE

Mariée à l’ancien gardien du PSG Dominique Casagrande, elle marqua les esprits des téléspectateurs de Nulle part ailleurs davantage pour son statut de femme de footballeur que pour son aisance devant la caméra.