France 5, 20 ans d’émissions cultes


Par publié le 31/12/2014 à 10h42


Depuis 1994, la chaîne «du savoir et de la connaissance» - qui s'est d'abord appelée La cinquième - à déje eu mille vies. Marina Carrère d'Encausse, l'un de ses visages emblématiques, passe pour nous en revue les programmes qui ont construit son iden

ARRÊT SUR IMAGES

De 1995 à 2007, ce magazine dominical piloté par Daniel Schneidermann a mené avec jusqu’au-boutisme sa mission de décryptage des médias, que le journaliste poursuit d’ailleurs sur son site Arretsurimages.net. Un parti pris qui attirait le public, car Arrêt sur images réalisait de belles audiences, mais agaçait aussi beaucoup ses confrères… « J’aimais beaucoup Daniel Schneidermann, commente Marina Carrère d’Encausse. C’est quelqu’un qui m’intéressait et qui collait très bien à l’esprit de la chaîne. Mais je regarde par ailleurs très peu la télé et suis très peu adepte de tout ce qui est buzz. Il y a donc une partie de sa démarche à laquelle je n’adhérais pas. Les petites querelles intestines entre journalistes me dépassent complètement.».

LE MAGAZINE DE LA SANTÉ

Incontournable, l’émission réussit depuis 1998 à conjuguer sérieux, car aucun sujet sensible n’est éludé, et légèreté. En témoigne les innombrables fous-rires partagés par Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes. « On nous a pris pour des fous au départ, se souvient la journaliste-médecin. Jean Minot, notre producteur, nous a dit : “Mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir dire sur la santé tous les jours ?” On a trouvé ! Au début, Le Magazine de la santé durait dix-sept minutes, maintenant il dure une heure et demie. Cela fait désormais quinze ans et on est toujours aussi heureux de bosser ensemble. ».

C DANS L’AIR

Avec cette émission, née en 2001, Yves Calvi a inventé une nouvelle façon de parler de l’actualité, simple sans être simpliste, et démontré aussi qu’on pouvait être un excellent intervieweur sans céder à l’agressivité. Un cas à part dans le monde parfois bavard et surexcité qu’est le petit écran. « Chaque fois que je peux la regarder, je le fais, s’enthousiasme Marina Carrère d’Encausse. D’habitude, les émissions de débats m’ennuient. Mais Yves Calvi est d’une humilité rarissime. Il applique ce qu’il est. Je suis admirative… ».

SILENCE, ÇA POUSSE !

Avant, le jardinage était un poil ringard à la télévision. Mais ça, c’était avant que Stéphane Marie et son acolyte Noëlle Bréham ne sarclent, binent et taillent en choeur chaque mercredi depuis 2002. Le programme est aujourd’hui carrément mythique. « Ce sont mes idoles, confie Marina Carrère d’Encausse. Ils sont fous à lier et j’adore ça. Sur quelle chaîne, à part France 5, pourraient-ils faire ça ? ».

LES MATERNELLES

Étrenné par Maïtena Biraben en 2001, ce rendez-vous matinal n’a jamais quitté l’antenne de France 5 depuis, malgré le défilé de ses animatrices. Karine Le marchand a officié de 2005 à 2009 avant d’être remplacée par Élizabeth Tchoungui en 2010, elle-même délogée par Daphné Bürki en 2012. Enfin, c’est Julia Vignali qui a pris le relais à la rentrée 2013. « C’était un pari très osé à la base car cela pouvait paraître “segmentant” de créer une émission qui ne s’adressait qu’aux parents et futurs parents, affirme Marina. En fait, le concept est tellement fort qu’il survit à ses présentatrices et constitue pour elles un vrai tremplin. ».