Dakar 2015 : L’influence de Thierry Sabine


Par publié le 06/01/2015 à 12h00


Le Dakar, rallye-raid internationalement reconnu, a construit son histoire grâce à la confrontation de professionnels et de concurrents amateurs. Un état d’esprit signé Thierry Sabine, le père fondateur de cette course qui interpelle, surprend et séd

Le Paris-Dakar est né en 1977, quand un motard, Thierry Sabine, 28 ans, se perd dans le désert de Libye au cours du rallye Abidjan-Nice. Au bout de trois jours, «sauvé des sables» in extremis, de retour en France, il imagine un rallye dont le parcours partirait d’Europe pour rejoindre le Sénégal. Avec sa forte conviction et le brin de folie propre aux grandes idées, le projet se concrétise rapidement. Le Paris-Dakar est en route. Thierry Sabine associe une devise à sa création : «Un défi pour ceux qui partent… du rêve pour ceux qui restent.» Le 26 décembre 1978, sur la place du Trocadéro, 170 concurrents se lancent à l’assaut du premier Paris-Dakar. 10 000 kilomètres à parcourir sur les pistes d’Algérie, du Niger, du Mali, de la Haute-Volta (devenue Burkina Faso) et du Sénégal pour une arrivée à Dakar.

Une aventure humaine

Pour la plupart de ces pionniers, la découverte de l’Afrique passe par leur première confrontation avec les vents de sable, les dunes… Le coup de génie de Thierry Sabine : ouvrir la course au monde amateur pour la rendre médiatique et populaire. À tel point que certains candidats disent encore : «La douleur du Dakar, ce n’est pas quand tu y es, c’est quand tu ne peux plus le faire.» L’autre force de Thierry Sabine est de s’appuyer sur la soif d’échange et la capacité d’ouverture de ses concurrents. La tradition d’entraide est un mot d’ordre faisant partie des piliers de l’esprit Dakar et le podium d’arrivée représente un défi d’exception, parfois celui d’une vie.

Une disparition tragique

Une passion que partageait Thierry Sabine, jusqu’à ce 14 janvier 1986 où son hélicoptère heurte une dune au Mali. Bilan : cinq morts, dont l’organisateur et le chanteur Daniel Balavoine. Malgré les tragédies et les controverses, le Dakar existe toujours, même s’il a dû abandonner les routes d’Afrique en 2008 (annulation de la course suite à des menaces terroristes) pour emprunter celles d’Amérique du Sud depuis 2009. Cette année, trois pays sont traversés par la course : l’Argentine, le Chili et la Bolivie, avec départ et arrivée à Buenos Aires pour 645 véhicules. L’histoire continue.

Le Dakar

Magazine sportif

Du Dimanche au Vendredi à 18 h 40 sur France 4

A LIRE :

Arthur : « Je suis l’animateur qu’on aime détester »

Nagui : « Je ne veux pas m’endormir sur mes succès »

Reportages : Le Moulin Rouge, symbole du gai Paris

Application mobile et tablette Télé Magazine sur Google Play et AppStore