Anne-Sophie Lapix : «Comment vais-je bien pouvoir durer ?»


Par publié le 05/01/2015 à 06h30


Entre C à vous, qui fait d'excellentes audiances, et Mots croisés, la journaliste Anne-Sophie Lapix se dit épanouie, mais pas sereine.

De Canal + à France 5

- Comment se passe cette deuxième saison de C à vous ?

L’ambiance est sympathique et les invités jouent le jeu. L’audience progresse. On dépasse régulièrement le million de téléspectateurs. J’ai trouvé mon équipe ! Le recrutement d’Anne-Élisabeth Lemoine et de Pierre Lescure est un tournant. Je les ai choisis, l’une pour sa spontanéité, l’autre pour sa culture et son expérience, et je suis ravie qu’ils aient accepté.

- Vous avez donc débauché tout Canal+…

Pierre Lescure n’y est plus depuis longtemps et Anne-Élisabeth, c’est l’école Fogiel… On n’est pas dans «l’esprit Canal», c’est plus artisanal.

- Quel bilan tirez-vous de vos dix-huit mois à la tête de l’émission ?

C’est une source d’enrichissement personnel. Mais c’est compliqué, j’ai l’impression de ne faire que cela. Cette deuxième saison est très riche, toutefois,on ne tient pas dix ans comme ça.

 

Une rude concurrence

- Vous souciez-vous de vos concurrents à cette heure-là, Touche pas à mon poste et Le Grand Journal ?

Pas du tout. Mes journées commencent tôt et finissent tard, sans parler des livres ou des films à voir ou à lire. Je n’ai pas le temps de regarder ce que font les autres.

- Vous animez aussi désormais Mots croisés deux lundis par mois. L’exercice vous convient-il ?

Les émissions politiques, je connais, pour avoir présenté Dimanche+. La gestion de débats, c’est nouveau pour moi. J’apprends… Et c’est d’autant plus difficile que les «politiques» ne veulent plus débattre entre eux.

 

Politique et avenir

- Comment lutter contre ce désintérêt pour la politique ?

Pas simple. C’est une difficulté conjoncturelle. Depuis 2012, les audiences des émissions politiques baissent. On a essayé de moderniser l’émission avec plus d’images, de reportages, d’archives…

- Que pensez-vous de Politiques Undercover, sur D8, dont les audiences sont décevantes ?

Je trouve inquiétant que les hommes politiques aient besoin de se grimer pour «découvrir» la réalité !

- Vous avez un petit rôle dans Bon Rétablissement de Jean Becker. Êtes-vous devenue comédienne ?

C’est simplement une expérience, et je l’ai vécue comme telle.

- Vous avez présenté des JT, animé des magazines… Et ensuite ?

J’ai du mal à l’imaginer. C’est ma deuxième saison à C à vous, et je n’ai aucune raison de changer ! Tout dépendra des opportunités, je réponds aux propositions intéressantes. Mais surtout, je me demande comment je vais bien pouvoir durer…

A VOIR :

C à vous

Du Lundi au Vendredi, à 19 h 00 sur France 5

A LIRE :

Arthur : « Je suis l’animateur qu’on aime détester »

Kev Adams : « Vous n’avez pas fini de me voir »

Nagui : « Je ne veux pas m’endormir sur mes succès

Application mobile et tablette Télé Magazine sur Google Play et AppStore