Adriana Karembeu : «J’apprends en m’amusant»


Par publié le 22/04/2014 à 11h15


Michel Cymes et Adriana Karembeu se retrouvent pour la quatrième fois. Leur mission : expliquer comment prendre le pouvoir sur son corps.

- Au cours des émissions précédentes, vous avez mis votre corps à rude épreuve. Pourquoi récidiver ?
C’est un peu égoïste, mais chaque émission m’apporte des bénéfices purement personnels. C’est peut-être pour cela que je m’y sens vraiment bien.
- Avez-vous changé de mode de vie ?
Bien sûr que oui. Je pense être une  fille assez sage et plutôt sérieuse. J’aime surtout mener ma vie intelligemment et ce type d’émission me le permet. Ce thème de « prendre le pouvoir sur son corps » ou tout au moins essayer de le prendre est plus que tentant. Je suis preneuse de tout ce que je peux apprendre sur le corps, la façon de s’alimenter, la pratique du sport et les conseils pour vivre mieux et plus longtemps. Et là, j’ai été gâtée.
Un exemple ?J’ai passé une nuit blanche pour que l’on mesure les effets de la fatigue sur mes capacités de mémorisation. C’était drôle, on a découvert que j’étais quelqu’un de la nuit. Moralité : si je n’ai aucune obligation à me lever le matin, mieux vaut que je reste au lit ! Cette émission est revigorante, surprenante et elle bouscule certaines habitudes.
- On vous sent sereine…C’est le cas. J’apprends tout en m’amusant. En plus, travailler avec Michel est un plaisir. N’étant pas animatrice de télévision, je pourrais avoir le stress, mais ce n’est pas le cas. Je suis vraiment à l’aise. D’ailleurs, mes valises sont toujours presque prêtes.
- Votre duo avec Michel Cymes séduit, évidemment. Cela vous étonne-t-il ?Pas vraiment. C’est une émission pour toute la famille. Michel et moi nous prêtons à tous les tests avec enthousiasme, souvent maladroitement. Notre côté « Monsieur et madame Tout-le-monde » plaît aux téléspectateurs.
- Le mythe de la vie éternelle… la maîtrise du vieillissement… le pouvoir sur le corps… y croyez-vous ?C’est un peu le Graal pour beaucoup d’entre nous. Du haut de mes 42 ans, je m’aperçois que, plus je vieillis, moins je crois en ce conte de fées. Nous prenons tous de l’âge et la vie éternelle n’existe pas. Mais il convient de prendre soin de nous pour pouvoir en profiter le plus longtemps possible, dans les meilleures conditions, grâce à quelques petits conseils et exercices vraiment à la portée de tous.