Adriana Karembeu : «En couple, avec moi… c’est tout ou rien»


Par publié le 18/08/2014 à 10h23


L’ex-mannequin revient sur M6 avec Pour le meilleur et pour le pire, son émission consacrée au couple. Confidences.

Est-ce une seconde nature chez vous d’écouter les gens, ou bien vous forcez-vous parfois ?

 

Ils se confient beaucoup à moi, c’est assez étrange. Quand j’ai été approchée par la production, mon mari m’a dit : « C’est pour toi ce projet. » Quand je travaille pour la Croix-Rouge, je rencontre des gens qui me racontent leur vie. Je suis à l’aise avec ça. Je préfère écouter que raconter.

 
Cela ne vous atteint-il pas ?

 

Je suis comme une éponge, j’absorbe tout. J’ai l’habitude de prendre sur moi. J’ai fait des études de médecine, je voulais devenir médecin… Je suis sensible à la souffrance des autres. Je suis juste une oreille, pas une bonne copine ni le médecin des coeurs.
Cette empathie n’est-elle pas une façon de compenser ces années où, comme mannequin, vous ne vous occupiez que de vous ?

 

Mon métier a été un cadeau de la vie. Je viens d’un pays communiste d’où on ne pouvait pas espérer sortir. Je ne dirai jamais de mal du travail de mannequin. Je me suis construite à travers lui. Je ne suis frustrée de rien, et aujourd’hui je n’ai rien à prouver. Mais j’ai envie de faire un truc utile.
Est-ce que cette émission a influé sur votre comportement ?

 

Dans une relation à deux, il faut être attentif aux signes. Je suis plutôt fan du « il faut tout se dire ». Quand quelque chose ne va pas, il ne faut pas laisser le doute s’installer. J’ai toujours fait comme ça.

 
Dans un couple, quel est le meilleur et quel est le pire ?

 

Le meilleur : quand on est réellement heureux. Le pire : quand on s’égare.

 

Comprenez-vous que l’argent soit une source de discorde conjugale ?

 

Bien sûr. Mais la solution, c’est d’avoir un compte commun… Je ne comprends pas que l’on puisse avoir des comptes séparés. En couple, avec moi, c’est tout ou rien !

 

Êtes-vous jalouse ?

 

On a tous vécu des moments de jalousie, car on est tous un peu possessifs. Mais je ne suis pas de nature jalouse. Et je n’avais pas un partenaire jaloux non plus. La jalousie, c’est ne pas arriver à traiter l’autre avec respect. Aimer quelqu’un, c’est lui laisser de l’espace.

 

Votre expérience de couple vous sert-elle pour cette émission ?

 
Je sais ce qu’il faut faire et ne pas faire. Suite à ma rupture avec Christian, j’ai beaucoup appris, j’ai réalisé que le couple était une unité à part.

 
Faire de la télé, est-ce selon vous une reconversion réussie ?

 

Je n’ai jamais eu cette ambition. Je n’aurais d’ailleurs jamais osé imaginer travailler en France. À cause de mon accent qui me fait mal aux oreilles et me dégoûte. L’accent de Cristina Cordula, lui, est vraiment joli.

 
Pourquoi vous sous-estimer ?

 

C’est mon souci depuis toujours. Par peur de ne pas bien faire, je préfère me sous-estimer. Comme ça, si je réussis, c’est une surprise. J’ai peur de ne pas être à ma place là où on me retrouve. Mais avec les années, cette mauvaise estime de moi est devenue un moteur.