Joan Faggianelli : « Je remercie Gulli de m’avoir fait confiance »


Par publié le 05/06/2014 à 06h03


Fort du succès de son quiz de culture générale, Joan Faggianelli présentera à la rentrée une nouvelle version d’Intervilles.

In ze boîte a repris des couleurs. À quoi cela est-il dû ?

 

Le jeu, à l’antenne depuis 2007, avait un peu perdu de son public l’an dernier. La formule a été modifiée, avec des épreuves plus rigolotes, dont une façon Koh-Lanta pour les enfants.

 

Comment se passent les tournages ?

 

Il y a trois sessions par an, au moment des vacances scolaires : août, décembre et février. Les enfants et les parents intéressés peuvent s’inscrire sur www.gulli.fr

 

Vous revenez de Hongrie où vous avez tourné Intervilles. Quelles sont vos impressions ?

 

C’est un barnum incroyable. J’ai vraiment adoré. Je remercie la chaîne de m’avoir fait confiance. Avec Cécile de Ménibus, qui le présente avec moi, on s’est bien trouvés.

 

Vous deux, c’est un peu le choc des cultures, non ?

 

Je me demandais à quelle sauce on allait se manger. On s’est découvert la veille du tournage… C’est vrai qu’elle vient d’un univers un peu trash, Cauet, etc. , et moi, à l’inverse, d’un univers familial, celui de Gulli. Mais en fait, on s’est très bien entendus, on a le même humour et la même façon d’être proche des gens. Sur Youtube, vous lancez un laboratoire vidéo dédié aux enfants, Télé Coincoin… Depuis que j’ai lancé ma structure de production, j’ai imaginé des concepts qui n’ont pas plu aux chaînes auxquelles je les ai présentés. Je les ai donc produits pour le Net. Il y a une série avec un super-héros bête comme un pigeon… une autre avec un canard qui se lance dans la cuisine, et une sitcom sur les coulisses d’une école de chant et de danse.