3 Questions à Jean-Jacques Bourdin


Par publié le 26/05/2014 à 11h41


Journaliste politique emblématique de BFMTV (du lundi au vendredi à 8h30), il publie L’Homme libre.

- Vous avez interviewé François Hollande en mai. Comment était-il ? 

Un peu surpris, mais je ne suis pas dupe. S’il a accepté, c’est qu’il savait ce qu’il allait trouver. Tout sauf des questions banales ou complaisantes. Il était d’abord un peu crispé, il a eu tort de ne pas aller plus loin. C’est ce type d’interview que je fais tous les jours, durant 22 minutes, en face à face. Je suis exigeant sur les questions et sur les réponses.

- Votre premier métier, c’était VRP. Est-ce la raison de votre proximité avec le public ?

Ce passé m’a marqué. J’ai appris à être à l’écoute. Mes huit mois de journaliste sportif à RTL à mes débuts m’ont appris la précision. Les amateurs de sport en savent autant que vous, cela m’a appris à improviser.

- Êtes-vous prêt pour d’autres projets ?

À RMC, RMC Découverte et sur BFMTV, j’ai la confiance de la direction et donc une totale liberté. La seule chose qui me plairait, c’est de faire un nouveau Droit de réponse qu’animait Michel Polac. Je regarde souvent Le Grand Journal où mon épouse, Anne Nivat, intervient. Avant je lui demandais mon avis sur mes interviews, maintenant je peux aussi lui donner le mien !