Spectre 007 : retour aux sources pour James Bond


Par publié le 10/11/2015 à 02h00


24e volet des aventures du plus célèbre des espions, 007 Spectre renoue avec la tradition des années 1960-1970, fidèle à l’esprit des romans écrits par Ian Fleming. Un film qui fera date dans l’histoire de la mythologie Bond.

James Bond ne connaît qu’un seul patron, la Reine. Pourtant, bien loin d’être au service de Sa Majesté, 007 se lance dans une quête personnelle, à la recherche d’une organisation secrète. Le précédent volet, Skyfall, avait fait de son service, le MI6, un champ de ruines. Aujourd’hui, l’espionnage à l’ancienne avec le fameux «permis de tuer» des double-zéro, est menacé par de nouvelles technologies du renseignement. Pendant que «M» mène la bataille politique pour sauver les services secrets, James Bond est sur le terrain afin de révéler la vérité sur la face cachée du Spectre. Du sur-mesure pour Daniel Craig, dans le toujours impeccable costume de James Bond pour la quatrième fois. Pourtant, cela n’a pas toujours été sans mal…

«Je suis à l’opposé de Bond»

Choisi pour Casino Royale en 2006, le look de tueur russe de Daniel Craig ne correspondait pas, selon les «Bondophiles», à l’espion imaginé par Ian Fleming, bien loin de ses prédécesseurs comme Sean Connery ou Roger Moore. Ce dernier dira pourtant : «Daniel Craig est l’agent 007 parfait. On le croirait réellement capable de tuer. Moi, je me contentais d’étouffer mes adversaires ou de les ennuyer à mourir !» Son succès, Daniel Craig l’explique simplement : «Je suis totalement à l’opposé de James Bond. Je déteste les gadgets, c’est un truc générationnel. Je suis un homme des bois. Le seul vrai point commun que j’ai avec 007, c’est l’alcool. J’aime aller au pub, car c’est bien mieux que les réseaux sociaux pour se faire des amis. Mais je suis un acteur avant tout. Je me glisse dans la peau d’un autre. En fait, c’est très dur d’avoir l’air naturel et cool en James Bond. Mais, aujourd’hui, avec 007 Spectre, j’ai réussi à emmener Bond exactement là où je voulais.» Pour que la réussite de 007 Spectre soit totale, il ne fallait surtout pas oublier un élément indispensable à toute mission de l’espion que l’on aime : des James Bond Girls au diapason.

Léa Seydoux, la James Bond girl psychanalyste

Si Monica Bellucci apparaît trop brièvement le temps de deux scènes torrides, c’est Léa Seydoux qui tire son épingle du jeu dans le rôle de la psychanalyste Madeleine Swann (merci Proust !), autant amante que complice, aussi à l’aise dans l’art de la séduction que dans l’action pure et dure. Loin d’être un faire-valoir ou une potiche, l’actrice se dit ravit d’avoir été choisie au casting de 007 Spectre : «Quand j’ai fait les premières lectures face à Daniel, on aurait dit une gamine. Je n’en menais pas large. En réalité, c’est juste un acteur qui fait son métier. On a joué et voilà. Mais, c’est vrai qu’il y a eu un truc au bout. L’effet Bond ! J’ai conscience de faire partie de quelque chose de mythologique et je m’en suis approprié une petite part. Aujourd’hui, Bond m’appartient un peu, et j’ai encore du mal à réaliser.» Sacré James, il les fait décidément toutes craquer.

Qui sera le prochain James Bond ?

Pour remplacer Daniel Craig qui incarne 007 depuis Casino Royale (le film est diffusé dimanche à 20h55 sur France 2) en 2006, et qui avait annoncé son départ de la franchise, plusieurs noms ont été évoqués : Idris Elba, qui aurait été le «premier James Bond noir», Tom Hardy, Henry Cavill ou encore Michael Fassbender. Mais aux dernières nouvelles le favori semblait être Damian Lewis, le héros d’Homeland. Seulement voilà, Daniel Craig vient de se déclarer prêt pour une cinquième aventure : «J’ai signé un contrat pour un nouvel épisode, mais je ne fais pas de prédictions.» Pour clore provisoirement le débat, la productrice Barbara Broccoli affirme : «Daniel Craig est James Bond, jusqu’à ce qu’il en décide lui-même autrement. Nous ne sommes pas intéressés à l’idée de considérer qui que ce soit d’autre pour le rôle.» Fin du suspense ?

A lire :

James Bond, Sam Smith au générique et Léa Seydoux à l’affiche

Léa Seydoux, à l’affiche du film « Gambit » ?