Robin Williams, sa vie à la télé


Par publié le 05/09/2014 à 02h20


On peut être une star de cinéma sans bouder le petit écran. Le regretté comédien l’a prouvé tout au long de sa carrière, lancée en 1974 avec un rôle d’alien à la voix haut-perchée…

Il a beau avoir déclamé ses meilleurs répliques sur grand écran dans Le Cercle des poètes disparus, Will Hunting ou encore Le Monde selon Garp, le regretté Robin Williams, disparu le 11 août dernier, n’en a pas moins voué, au cours de ses quarante ans de carrière, une affection toute particulière au monde de la télé. C’est d’ailleurs dans la petite lucarne que le comédien a fait ses débuts dans le métier, au casting de la célébrissime série Happy Days. Dans le rôle d’un extraterrestre déjanté, le jeune Robin se fait instantanément remarquer, au point de pousser les producteurs de la série à se servir de ce personnage comme point de départ d’une série dérivée baptisée Mork & Mindy. Pendant quatre années, Robin met son sens de l’improvisation au service de cet alien à la voix haut-perchée. Un Golden Globe plus tard (celui du Meilleur acteur dans une série comique), le natif de Chicago répond tout naturellement aux sirènes du 7e Art, avant de revenir à la télévision en 1994 en tant que guest dans un épisode d’Homicide.

 

Un rôle sombre, celui du mari d’une jeune femme sauvagement assassinée, qui confirme l’incroyable variété de son jeu d’acteur. Trois ans après, Robin Williams accepte de rejoindre la longue liste des invités de prestige ayant participé au succès phénoménal de Friends, en donnant la réplique, le temps d’une scène désopilante, à Billy Cristal. Confortablement installé dans un canapé du Central Perk, le personnage campé par Robin trouve une oreille attentive en celui interprété par Billy, à qui il raconte les infidélités de son épouse avec son gynécologue. Avant de se rendre compte que ce dernier et son confident ne font qu’un…

 

Décidément très porté sur les grands écarts artistiques, cet ancien pensionnaire de la Juilliard School apparaît ensuite en 2008 sous les traits d’un manipulateur machiavélique dans le 200e épisode de New York, unité spéciale. Peu de temps avant sa mort, Robin Williams avait continué de se prêter au jeu des séries en s’invitant dans Louie et Wilfred (aux côtés d’Elijah Wood), avant d’endosser le rôle principal de The Crazy Ones, annulée en avril dernier après seulement une saison. Un échec qu’il aurait très mal supporté, selon certaines sources… Quarante ans après ses débuts dans Happy Days, le génie Williams méritait sans aucun doute une tout autre fin.