On les adore : les stars de l’Eté, c’est eux ! Les minions


Par publié le 07/07/2015 à 04h00


Dans la saga «Moi, moche et méchant», ces petites créatures ne sont pas passées inaperçues. Les Minions ont désormais droit à leur film (dans les salles le 8 juillet). Et ils sont plus délirants que jamais !

Si vous avez vu les deux volets de Moi, moche et méchant, vous n’êtes sans doute pas restés indifférents aux bêtises en tous genres des Minions, qui sont vite devenus les chouchous des spectateurs. «Au départ, les Minions étaient des trolls, une armée de gros balèzes. Mais nous avons préféré nous éloigner de la ressemblance humaine. Nous sommes passés par tous les stades, jusqu’au crapaud jaunâtre à grosses lunettes. Finalement, j’ai pensé qu’il fallait se concentrer sur l’expression, les yeux et la bouche. Et c’est devenu ce bonhomme très simple, un peu à la japonaise», explique Pierre Coffin, l’un des deux réalisateurs du film. Mais qui sont précisément ces curieux petits êtres qui s’apprêtent à envahir nos écrans ? Ces loyaux petits serviteurs jaunes de Gru aiment causer dégâts et grabuge presque autant qu’ils raffolent des bananes. Facilement distraits, ils sont à la fois imprévisibles, curieux et d’un charme désarmant. Avec leur forme très simple, leur couleur, leurs gros yeux ronds (un ou deux), leurs lunettes et leur salopette d’enfant, ils sont surtout terriblement expressifs. «Je pense que lorsqu’on travaille avec les Minions, on essaye de leur donner plein de qualités qui sont presque humaines. Vous savez, ce ne sont pas seulement des créatures, les Minions pensent, ont des émotions, sont malicieux. Je pense qu’il y a en eux beaucoup d’humain et que les gens peuvent se projeter dans leur personnalité», explique Kyle Balda, l’un des deux réalisateurs du film.

Un langage particulier

D’une hauteur d’environ 30 cm, ils se caractérisent aussi par un langage unique et drôle. La langue qu’utilisent les Minions pour communiquer est en effet composée à la fois du français, de l’anglais, de l’espagnol et de l’italien. Une sorte de charabia avec quelques mots qui ressortent dans n’importe quelle langue et qui pourtant restent facilement compréhensibles de tous. Prequel de Moi, moche et méchant, le film se passe bien avant qu’ils ne se mettent au service de Gru puisque l’intrigue des Minions se déroule en 1968, soit quarante-deux ans avant le premier film. Alors, d’où viennent-ils ? Vous l’ignoriez, mais les Minions ont toujours été parmi nous. Ils ont traversé les âges au service de différents méchants, tels qu’un T-Rex, Genghis Khan, Napoléon, Dracula qu’ils ont tous accidentellement tués. Le problème, c’est que sans vilain à servir, les Minions dépriment et leur vie n’a plus aucun sens. Le film nous embarque donc dans la quête d’un grand méchant en compagnie de trois Minions, Kevin le plus vaillant, Stuart le musicien et Bob le plus enfantin qui ne quitte jamais son nounours. C’est parti pour une aventure extraordinaire de l’Antarctique au New York des années 60, pour finir à Londres. Est-ce que le film va faire un carton ? On n’en doute pas une seconde. Rappelons que les deux volets de Moi, moche et méchant, ont connu un beau succès en France. Sans compter que depuis, les Minions se sont vite imposés sur le marché du jouet et sont désormais adulés par les enfants. Toutes les conditions sont donc réunies pour plaire à toutes les familles. Dans la version originale, c’est Sandra Bullock qui prête sa voix à Scarlet Overkill, une super méchante très élégante. C’est d’ailleurs la première fois que l’actrice a l’occasion d’incarner un personnage antipathique. Le public français est tout aussi gâté puisque c’est Marion Cotillard et Guillaume Canet, couple à la ville, qui sont les voix de Scarlet et de son mari Herb Overkill. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le couple participe à des films d’animation. Marion Cotillard avait doublé le personnage de Gloria dans Happy Feet, ou encore la Rose du Petit Prince. Guillaume Canet n’est pas non plus un débutant dans ce domaine, puisqu’il est déjà la voix de Flash McQueen dans les deux volets du dessin animé Cars.

A LIRE :

Bob l’éponge, Les Chevaliers du Zodiaque : Nos dessins animés préférés sur grand écran