Ne le dis à personne : un thriller captivant


Par publié le 04/07/2014 à 03h42


Quand une histoire est aussi crédible et passionnante, on ne peut qu'adhérer. Avec Ne le dis à personne, Guillaume Canet nous offre un polar comme on en voit trop peu dans le cinéma français

Le film de Guillaume Canet est superbement réalisé et l’intrigue est passionnante, mais, on le sait, cela ne suffit pas toujours à faire un grand film. L’autre gros atout de Ne le dis à personne, c’est l’excellente prestation de François Cluzet. «J’ai eu envie d’y mettre tout ce que j’ai appris à l’époque où je jouais beaucoup de seconds rôles ingrats, explique ce dernier. J’aime ça, parce que c’est là que les acteurs doivent montrer ce qu’est la perversité, la lâcheté, la médiocrité.»

 

 

Mais ce n’est pas vraiment pour cette palette de sentiments qu’il a pu exprimer que le comédien considère ce rôle comme son préféré, mais plutôt pour de grandes scènes d’action auxquelles il était peu habitué. Un régal pour l’acteur, même dans des conditions parfois difficiles : «J’ai vécu deux scènes très éprouvantes sur ce film, mais j’étais fou de joie.

 

 

J’ai dû par exemple me jeter tout nu dans un lac à 5h du matin alors que toute l’équipe portait des doudounes…» Et il y a bien sûr la course-poursuite sur le périphérique parisien, morceau de bravoure du film. Un grand moment pour François Cluzet, semble-t-il : «Quand Guillaume m’a dit que j’allais devoir courir, je me suis entraîné, tout ce qui importait était d’y aller à fond. Ce qui était drôle, c’est que le partenaire qui me coursait n’arrivait pas à me rattraper !»