L’indémodable Rabbi Jacob


Par publié le 19/06/2014 à 03h42


Cette joyeuse fable sur la tolérance orchestrée par Gérard Oury est aussi efficace aujourd’hui que lors de sa sortie. On y retrouve bien sûr un Louis de Funès déchaîné : son Victor Pivert est d’anthologie.

Avec Les Aventures de Rabbi Jacob, on peut parler de grande comédie à la française. Plus de 7 millions de spectateurs ont vu le film en salles, sans compter les nombreux inconditionnels qui prennent plaisir tous les ans à le revoir à la television.

 

Et pourtant le pari était plutôt risqué. Il fallait oser une comédie sur la confrontation entre un industriel raciste, un arabe et l’univers juif ! Dans un rôle antipathique, Louis de Funès parvient à nous rendre attachant un homme qui découvre peu à peu la culture de ceux qu’il rejette par ignorance. Un personnage assez proche de lui : «Ce film m’a fait du bien à moi car j’avais de fausses idées sur les Juifs, avouera-t-il.

 

Ça m’a décrassé l’âme.» Et les jambes, car le morceau d’anthologie du film est bien sûr la superbe danse de Rabbi Jacob. Cette scène n’était pas prévue au départ, mais Louis de Funès a accepté de relever le défi en prenant des cours. Sur le tournage, il exigea son professeur de danse à ses côtés. Si bien qu’au moment de la célèbre scène, c’est ce dernier qui va le chercher pour qu’il entre en piste.

 

Des scènes mémorables, ce film en regorge : de Funès en caleçon au milieu du lac ou s’agenouillant pour faire le signe de croix à la synagogue, sans oublier bien sûr l’irrésistible séquence dans l’usine de chewing-gum. Autant de passages inoubliables qui demeurent terriblement drôles.Une séquence éprouvante. Vous vous souvenez sans doute de cette séquence d’anthologie dans l’usine de chewing-gum, où de Funès baigne dans un liquide vert pomme. Une scène que l’acteur a eu beaucoup de mal à tourner, sans compter un terrible incident avec ce liquide : dans la nuit, la cuve a débordé et le produit s’est répandu dans tout le studio.

 

Le lendemain, l’équipe du film a dû refabriquer le produit, ce qui explique que la couleur du chewing-gum n’est pas la même dans chaque plan (vert clair puis vert foncé)