Que sont devenues les sagas d’été ?


Par publié le 19/07/2015 à 10h00


Souvenez-vous, dès les beaux jours, on avait droit chaque année à ces histoires de secrets de famille étalées sur plusieurs épisodes qui attiraient des millions de téléspectateurs. Un filon s’est éteint… La faute à qui ?

Les codes des sagas de l’été étaient toujours les mêmes : deux clans rivaux se déchiraient, avec en toile de fond un terrible secret que l’on ne découvrait que vers la fi n, et l’on y ajoutait une jolie dose de romance et parfois un peu de surnaturel pour pimenter le tout. Leur histoire a véritablement démarré en 1988 avec Le Vent des moissons sur TF1. Une intrigue de terres, de mariage arrangé et de grossesse non désirée avec Annie Girardot, Jacques Dufilho et Gérard Klein. Suivront entre autres Orages d’été, Les Coeurs brûlés, Terre indigo, Tramontane, L’Été rouge ou encore Zodiaque, toujours sur TF1. En 1993, France 2 se jette à son tour dans le grand bain avec Le Château des oliviers, un énorme succès avec Brigitte Fossey et Jacques Perrin, puis avec Un été de canicule, une histoire de corbeau qui sème la terreur dans un petit village. Dolmen, diffusée sur TF1 en 2005, est la dernière série estivale à avoir remporté un gros succès avec près de 12,9 millions de téléspectateurs en moyenne. Des chiffres que les chaînes ne parviennent plus vraiment à atteindre aujourd’hui. Rappelons qu’à l’époque, la TNT n’était bien sûr pas encore présente dans le paysage audiovisuel français. La TNT aurait-elle tué nos grandes sagas ? Elle a en tout cas sa part de responsabilité selon François Jost, sociologue des médias, interrogé par L’Express : « Il est plus facile de se distinguer face à cinq chaînes que face à des centaines. L’audience de TF1 a diminué d’environ 10 % après l’arrivée de la TNT. » Autre suspect : la jeunesse. Avouons-le, toutes ces séries étaient addictives, mais elles peuvent paraître un peu kitsch aux yeux des jeunes téléspectateurs… « Les sagas sont d’une autre époque, constate François Jost. Elles s’adressaient à un public plus âgé. Or aujourd’hui, les chaînes ont une grande crainte, celle de perdre leur public jeune. »

Des budgets trop importants !

La concurrence et le manque de modernité ne font pas tout, selon le sociologue. Ces sagas bénéficiaient toutes d’un gros budget. Sans compter que la concurrence a poussé les chaînes à en faire toujours plus : « Les chaînes ne vont plus investir dans une série diffusée sur cinq à six semaines sans savoir si elle va fonctionner. » D’autant qu’on imagine bien qu’un épisode des Experts coûte beaucoup moins cher à l’achat ! Les nostalgiques pourront toujours se consoler avec les rediffusions. Mais qu’ils ne perdent pas espoir : comme on le voit notamment avec les jeux télévisés, faute de meilleures idées, le petit écran pioche souvent dans ce qui se faisait avant, si bien que personne ne peut affirmer que les sagas d’été ne reviendront pas un jour. Patience !

A LIRE :

Ingrid Chauvin se confie : « J’étais enfermée dans cette douleur »

TF1 fête ses 40 ans avec une émission spéciale