Tout peut arriver : M6 victime de ses prises de risques


Par publié le 15/03/2015 à 10h00


Les temps sont durs pour la Six, contrainte de déprogrammer récemment deux nouveautés sur lesquelles elle fondait pourtant beaucoup d’espoirs.

M6 serait-elle dépassée par ses ambitions éditoriales, parfois en décalage avec les attentes du public ? À deux reprises en février, trois mois après le flop de l’« avant-gardiste » Rising Star, la chaîne s’est pris les pieds dans le tapis en proposant à ses téléspectateurs des concepts inédits visiblement victimes de leur trop grande singularité. Ce fut le cas de Tout peut arriver, divertissement hyper connecté co-présenté par Jérôme Anthony et Guillaume Pley, dont la diffusion a dû être interrompue après seulement deux prime time suivis en moyenne par moins de 2 millions de curieux. Au même moment, une autre nouveauté a été éjectée des grilles de programmes de la Six faute d’audiences convaincantes. Diffusée en access, la quotidienne Tous les couples sont permis souffrait trop de la comparaison avec Les reines de shopping, qu’elle remplaçait temporairement, pour espérer s’imposer sur la durée.

Qui ne tente rien n’a rien

Au sein du groupe M6, on préfère ne pas commenter ces déconvenues, tout en regrettant que la presse prenne un malin plaisir à se faire l’écho de ces échecs somme toute ponctuels, sans prendre la peine de souligner les bonnes audiences enregistrées au mois de janvier, notamment celles des valeurs sûres Patron Incognito, L’amour est dans le pré ou encore SODA. Fatiguée de ce supposé « M6 bashing », une source interne rappelle que la chaîne du président Tavernost est l’une des rares en France à prendre autant de risques, en programmant des formats inédits et ambitieux. Difficile en effet de lui reprocher son manque d’originalité dans un PAF à tendance monolithique, où tout sourit aux séries, pendant que les divertissements serrent les dents.