The Island, un nouveau naufrage à l’horizon pour M6 ?


Par publié le 21/05/2015 à 09h00


La chaîne surprend avec sa série documentaire événement, dont le concept est aux antipodes des programmes qu’elle développe habituellement. Décryptage.

On ne pourra pas reprocher à M6 de ne rien tenter. Depuis la rentrée, elle fait assaut de matière grise pour trouver le concept à même de secouer le PAF et de réveiller ses audiences en nette perte de vitesse. Malgré les échecs de Rising Star et de Tout peut arriver, elle se remet en danger en cette fi n de printemps en accueillant sur son antenne The Island. Dans ce Koh Lanta version « hard », 13 candidats âgés de 24 à 71 ans sont livrés à eux-mêmes pendant vingt-huit jours sur une île déserte de l’océan Pacifique, en totale autonomie et sans aucune aide de la production puisque les membres de l’équipe technique et médicale font partie des concurrents. « Ça s’apparente à une carte postale mais en approchant, on voit que ça peut ressembler à l’enfer », confie ainsi sans ambages son animateur, l’explorateur Mike Horn. Au vu des premières images, pas sûr que le risque paye, une fois encore, tant le programme semble déstabilisant.

Un programme misogyne ?

D’abord parce qu’il n’y a rien à gagner et personne à éliminer. Pourtant, nul n’ignore que c’est souvent l’enjeu et le suspense qui nous font rester devant notre petit écran… L’autre reproche que l’on peut faire à The Island est d’arriver au mauvais moment, alors que demeure dans les mémoires le drame du tournage de Dropped. Enfin, on peut se demander si la chaîne n’oublie pas son coeur de cible : le public de M6 est majoritairement féminin…Or, il n’est pas certain que les dames vibrent pour cette épopée dopée à la testostérone, au casting duquel leurs représentantes ont été purement et simplement oubliées. Quand on tente d’aborder la question, Mike Horn clôt le débat d’une pirouette : « On ne voulait pas d’histoire de cul »,  explique-t-il. Vous avez dit misogyne ? Plus consensuelle, Anne-Sophie Larry, directrice des productions externes, affirme que « les femmes peuvent tout autant s’identifier que les hommes ». Si par bonheur ce show de l’extrême se révélait fédérateur, on peut en revanche douter que la personnalité de son présentateur, Mike Horn, le sera. Incontestable et incontesté dans les disciplines auxquels il s’adonne, le baroudeur apparaît beaucoup moins convaincant, voire un peu à côté de la plaque, dans la peau du narrateur. Comme s’il avait l’esprit ailleurs, déjà tourné vers sa prochaine destination lointaine…

A LIRE :

Les aventuriers de The Island arrivent le 19 mai sur M6

The Island : Seuls au monde – M6 lance son jeu d’aventure

Dropped, Koh Lanta : Retour sur les tragédies de la télévision