Stéphane Bern : « Je n’ai pas vocation à mourir sur le trône médiatique »


Par publié le 12/06/2014 à 05h08


Le spécialiste des têtes couronnées est toujours très présent sur France Télévision, entre "Comment ça va bien ?", "Le Village préféré des Français" et "Secrets d’histoire".

Que doit-on attendre du troisième millésime de ce concours ?

Ce qui évolue, c’est qu’on révélera le nom du lauréat en direct, afin de se mettre à l’heure de Twitter et des autres réseaux sociaux.

 

Observe-t-on un effet Village préféré dans les communes qui y participent ?

 

Effectivement, dès lors que c’est « vu à la télé », cela change beaucoup de choses. Localement, le programme dope le tourisme et donne un nouveau souffle à l’économie et à la culture.Les concepts d’émissions patrimoniales se multiplient en ce moment.

 

Que vous a inspiré par exemple l’arrivée de La Plus Belle Région de France sur M6 ?

 

Qu’on est souvent copié, mais rarement égalé (rires). Mais au fond, c’est un bel hommage que nous rendent nos concurrents ! Vous serez aussi à l’antenne cette semaine avec un Secrets d’histoire inédit sur François-Ferdinand d’Autriche.

 

Qu’est-ce qui vous fascine dans son destin ?

 

C’est un personnage très intéressant, que le public ne connaît généralement qu’à travers le prisme de son assassinat, le 28 juin 1914, un attentat qui a déclenché par le jeu des alliances la Première Guerre mondiale. Quand on s’intéresse à lui dans l’intimité, on a l’impression que sa vie est une course vers l’abîme…  Vous venez d’être fait Chevalier de l’ordre de l’Empire britannique par Elisabeth II.

 

Envisagez-vous d’être encore dans le PAF à 87 ans, comme elle à Buckingham Palace, ou abdiquerez-vous avant ?

 

Je n’ai pas vocation à mourir sur le trône médiatique. Je me laisse encore quelques années et je me retirerai ensuite pour écrire… Point trop n’en faut ! Il arrivera un moment où il faudra faire de la place aux jeunes !