Rising Star, Danse avec les stars… le retour de la télé mélo


Par publié le 06/10/2014 à 07h01


Le pathos se décline sur tous les tons dans les émissions majeures du moment. Cette tendance au sentimentalisme systématique pourrait bien finir par écœurer les téléspectateurs…

Le petit écran en veut-il à nos glandes lacrymales ? Pas un seul grand show qui n’use et n’abuse en ce moment des « séquences émotion ». La première de Danse avec les stars nous a ainsi gratifié en pagaille du rêve brisé de Tonya Kinzinger, actrice de Sous le soleil qui s’imaginait jadis un destin d’étoile, de la souffrance de Nathalie Péchalat, encore inconsolable d’avoir raté, quelques mois avant sa retraite de patineuse, le titre de championne du monde, des blessures d’enfance de son ancien collègue Brian Joubert, dont le père aurait plutôt voulu qu’il fasse du football, et de la drôle de vie de Louisy Joseph, ex-membre des L5 élevée dans une famille dysfonctionnelle.

Et on vous épargne l’épisode où l’on a vu la jolie métisse se blesser pendant les répétitions et retourner héroïquement, malgré sept points de suture, s’entraîner sur les parquets. Grande consommation de mouchoirs aussi avec Rising Star, le télé-crochet de M6 : de Séverine Romanet, mère de famille complexée par son physique qui n’avait jamais osé chanter en public, à Louis Deslys, un jeune homme devenu papa trop vite et qui a dû stopper sa carrière pour élever ses enfants, en passant par Emmanuelle Robitaille, une ravissante Québécoise clouée depuis la naissance dans un fauteuil roulant à cause d’un cancer de la moelle épinière, M6 en fait des tonnes pour nous attendrir…