Nathalie Péchalat : «Être associée à Jean, ça ne m’aide pas»


Par publié le 29/10/2014 à 09h00


L’ex-star du patinage artistique participe à Danse avec les stars avec l’envie de se faire plaisir… et l’espoir que l’on cesse de la réduire au statut de «petite amie de Jean Dujardin».

- En tant qu’ancienne danseuse sur glace, vous faites immanquablement partie des favorites, non ?

 

Non, pas du tout ! Tout le monde s’imagine que pour passer de la danse sur glace à la danse de salon, il suffit juste d’enlever les patins. Et bien, non, ça n’est pas si simple ! Malgré tout, j’ai l’avantage d’avoir travaillé à deux tout au long de ma carrière de patineuse, ce qui va m’aider dans Danse avec les stars. J’aurai moins d’appréhension dans les portées, j’aurai moins peur de tenter des choses ou de me casser la figure. En revanche, la grande difficulté, ce sera d’oublier tous mes automatismes liés au patinage : la glisse, le placement et la distance que l’on a avec le public. Grégoire [Lyonnet, son partenaire de danse, NDLR] n’arrête pas de me dire que je ne suis pas sur mes appuis. Il n’arrête pas de me dire que je fais ma patineuse ! Du coup, ça devient un handicap. Avant d’apprendre des choses, je dois en désapprendre d’autres.

nathalie-pechalat-et-gregoire-lyonnet
- On s’imagine mal une compétitrice de votre trempe faire cette émission sans penser aller au bout…

 

Comme avec Fabian [Bourzat, son ex-partenaire de compétition, NDLR] sur la glace, j’ai juste envie d’aller le plus loin possible en fonction de mes possibilités. Je n’ai pas envie de laisser échapper une victoire par manque de travail. Mais si je suis nulle, je suis nulle. Je partirai au bout d’une semaine et ce ne sera pas très grave.
- Le fait d’être soumise au vote du public, cela va vous changer des votes parfois très contestables des jurés de danse sur glace, considérés comme partiaux…

 

C’est la partie totalement incontrôlable de cette aventure. Je ne sais pas comment faire pour plaire au public, si ce n’est en bossant comme une malade, en écoutant les conseils des juges et en étant moi-même.
- Vous êtes depuis quelques mois en couple avec l’acteur Jean Dujardin. Sur le strict plan de la popularité, pensez-vous que cette récente «pipolisation» puisse vous aider dans ce type d’émission ?

 

Dans ma vie en général, je ne pense pas que ce nouveau «statut» m’aide d’une quelconque manière, même si cette relation m’apporte beaucoup de bonheur et de bien-être. Le fait d’être toujours associée à Jean, ça ne m’aide en rien. J’ai fait quelque chose de ma vie avant d’être cataloguée comme je le suis aujourd’hui. Je suis une ancienne danseuse sur glace avant d’être la petite amie de quelqu’un.
- En tant qu’ancien vainqueur de Danse avec les stars, le nouveau juge M. Pokora recommande aux candidats de faire très attention à leur hygiène de vie. Comptez-vous suivre ce conseil à la lettre ?

 

Mais je suis une ancienne athlète, cela fait vingt-trois ans que je me sacrifie ! Je crois qu’il faut remettre les choses dans leur contexte. On ne parle quand même que d’une émission de télévision. Même si Grégoire et moi, nous ne sommes pas là pour perdre notre temps, même si nous sommes bien décidés à bosser comme des tarés, je m’accorde désormais le droit de profiter de la vie. Aujourd’hui, je revis, même si j’ai adoré ma carrière sur la glace avec Fabian, même si je ne regrette rien de ce que j’ai fait, pas même les échecs. Je vous le répète : aujourd’hui, je revis ! J’ai le droit de prendre des médicaments quand je suis malade, j’ai le droit de boire un coup quand je suis avec des potes, je peux dormir tard le matin et je peux penser à autre chose quand je me lève…
- Une victoire dans Danse avec les stars pourrait-elle avoir la saveur d’une médaille olympique ?

 

Et bien oui, parce que cela resterait une victoire. Mais si jamais je gagne, j’aimerais bien que TF1 me mette une petite Marseillaise…
- Que comptez-vous faire de votre vie après l’émission ? Est-ce le métier de comédienne vous tente ?

 

Non, pas du tout. Je vais continuer de faire quelques spectacles sur glace avec Fabian pendant un an ou deux. Je vais également participer au magazine Stade 2 le temps de quelques dimanches.