Les grosses têtes : de Sim à Steevy Boulay


Par publié le 07/11/2015 à 02h00


Si depuis sa création par Philippe Bouvard (en 1977) le show de RTL a toujours séduit auditeurs et téléspectateurs, il le doit à ses nombreux sociétaires vedettes

Jean Yanne (1977-1990 et 1998-2003)

Avec Jacques Martin, son complice de toujours, cet improvisateur de génie pouvait tout se permettre, y compris empêcher Philippe Bouvard de poser la moindre question pendant les quatre-vingt-dix minutes de l’émission !

SIM (1977-2009)

Pour décontenancer ses partenaires, le comédien maîtrisait parfaitement l’art du déguisement, si possible le plus ridicule et le plus ringard possible. Il était aussi un spécialiste des blagues hard qui auraient été censurées ailleurs. Un sketch à lui tout seul.

Thierry Le Luron (1977-1986)

Un jour, l’imitateur lança à Alice Sapritch, autre sociétaire : «Je compose ton personnage, toi du décomposes.» Un spécialiste des grands coups d’humour, des provocations et des improvisations.

JAcques Martin (1977-2007)

Autre père fondateur avec Philippe Bouvard (il fut de la toute première émission, qui consistait en un tête-à-tête avec l’animateur), il considérait Les Grosses Têtes comme «un service de contre-morosité». Avec ses comparses préférés, Jean Yanne et Olivier de Kersauson, chaque sketch pouvait devenir collector.

Olivier De Kersauson, dit L’Amiral (1980-2008)

Un jour de grand délire, il invoque l’esprit du général de Gaulle sur le plateau de l’émission. Un autre, en colère contre Gérard Jugnot, il balance : «Toi, le jambon, je vais te persiller !» Ses duos avec Philippe Castelli, alias «Le Débris», étaient des moments d’anthologie.

Isabelle Mergault (1988-1998, et depuis août 2014)

Fidèle de Laurent Ruquier malgré ses nombreuses activités professionnelles, la comédienne est un peu l’électron libre de la troupe. Sa bonne humeur est communicative, même quand elle ne cesse de fredonner : «Je chante… je chante du soir au matin…» Ce qui avec elle n’a rien d’agaçant.

Amanda Lear (depuis 1990)

Pleine d’esprit, n’ayant jamais sa langue dans sa poche, la chanteuse et comédienne n’a jamais peur de dire ce qu’elle pense. Inclassable, souvent cinglante, elle prouve son humour en se parodiant souvent elle-même.

Laurent Baffie (1992-1999 et depuis 2013)

Avec lui, rien ne se passe jamais comme prévu. Voilà une Grosse Tête qui ne mâche pas ses mots, et pourtant, c’est souvent les autres qui ont du mal à les digérer. Comme ce curé du Havre à qui il avoue ses péchés au téléphone. Il ne choque même plus les féministes quand il explique à Isabelle Alonso que la définition du mot Machine est «le deuxième prénom de sa femme»…

Anne Roumanoff (2003-2008, et depuis juin 2015)

Pour son récent retour, l’émission a déroulé le tapis rouge pour la Dame en rouge ! Comme dans son Radio Bistrot, l’humoriste sait se montrer acide, mais toujours finement. Sa cible préférée est son complice et ami Bernard Mabille, à qui elle balança un jour : «Le cheveu rare, ça donne l’air intellectuel, à défaut d’être intelligent.»

Steevy Boulay (depuis 2014)

Il est étonnant, le petit protégé de Laurent Ruquier. Il en est même séduisant par sa candeur et son potentiel comique. Si certains sociétaires affirment en se moquant qu’il porte bien son nom, Steevy réplique avec quelques citations qui les laissent bouche bée, du genre : «Moi, je veux un enfant avec une femme… du moment qu’elle a son mec et moi le mien !» C’est souvent à côté de la plaque, mais il fait rire.

A lire :

Laurent Ruquier : « Les grosses têtes ça ne se refuse pas »

3 Questions à Amanda Lear

Yann Moix dans On n’est pas couché, erreur de casting ?