Jean-Luc Lemoine (Touche pas à mon poste) : « Je vais enfin écrire un film »


Par publié le 13/08/2015 à 10h00


Tout l’été, l’humoriste apparaît dans les meilleures séquences de l’année du talk-show de Cyril Hanouna. En attendant la rentrée, où il sera à la télé, à la radio… et sur scène !

– Votre popularité a explosé avec le succès de Touche pas à mon poste. Comment la vivez-vous ?

Je reste humble par rapport à la télé. On fait partie d’une équipe, mais surtout d’un bruit de fond qui accompagne l’apéritif, le repas…

– Sur scène, on retrouve cette humilité dans le sketch dans lequel vous répertoriez les rares fois où l’on vous reconnaît dans la rue. L’autodérision, c’est votre atout ?

Oui, même si j’ai hésité à intégrer ce sketch dans mon spectacle. Non pas parce qu’il n’est pas valorisant pour moi, mais parce que je ne voulais pas qu’on pense que je ne raisonne que par mon nombril…

– Avec Cyril Hanouna, quels sont vos rapports, vous êtes son bras droit ?

Je fais partie de ses compagnons de route, on s’est connus lorsqu’il était stagiaire à la télé et que je commençais à peine le one-man show. C’était il y a plus de quinze ans, et on ne s’est jamais perdus de vue. Nos rapports sont forts, sans suspicion d’intérêt.On s’apprécie mutuellement, on se fait rire l’un l’autre. Et pourtant, on a deux humours différents. Je suis spectateur de Cyril car je suis incapable de faire ce qu’il fait. Quand il m’a demandé de le rejoindre sur France 4 au début de TPMP, je n’imaginais pas le succès que ça pourrait prendre. .

– Votre style, c’est poigne de fer dans un gant de velours ?

Je n’ai pas la prétention d’asséner des vérités. Raconter des choses, pour moi, c’est essentiel. En tant que spectateur, je préfère un spectacle maladroit avec un univers, à quelque chose de parfait mais trop lisse.

– Au printemps, votre premier « prime time » consacré à votre séquence des « 4/3 » sur les coulisses de TMPP a été un succès. Heureux ?

Soulagé surtout. Et content. Non pas pour mon ego, de ce point de vue là j’ai eu mon compte, quand j’avais mon émission sur France 2. On devrait en faire un deuxième numéro…

– En raison de la concurrence qui les oppose à la radio (Europe 1 vs RTL), appartenir à la bande d’Hanouna vous oblige-t-il à être hostile à Laurent Ruquier qui vous a donné le premier votre chance ?

Je n’ai jamais craché sur le passé, mais si Laurent fait quelque chose qui ne me plaît pas, je dois pouvoir le dire, ce qu’il ne se prive pas de faire lui-même ! Sur scène, vous serez à l’Apollo Théâtre à Paris dès le 17 septembre. On vous sent plus à l’aise que jamais. À quoi cela est-il dû ?

– Quelle est l’étape suivante ? Écrire un scénario ?

Oui, c’est ce qui me démange depuis longtemps. J’avais commencé à le faire à la fi n des années 1990 avant d’être happé par la radio, la scène et la télé. Ce sera une comédie… Forcément ! J’accepte la fatalité de ne savoir faire que ça !

A LIRE :

Touche pas à mon poste, 5 ans de clashs et d’happening délirants !