Grand Journal vs Petit Journal : frères ennemis


Par publié le 08/03/2015 à 12h00


Le succès de l’émission de Yann Barthès pourrait précipiter la disparition de celle d’Antoine de Caunes.

C’est l’histoire de deux courbes d’audience qui se croisent. D’un côté celle du Grand Journal, le vaisseau amiral de Canal+ depuis plus de dix ans, qui peine cette saison à dépasser le million et demi de téléspectateurs. De l’autre celle du Petit Journal, qui s’envole régulièrement au-dessus de la barre des deux millions de fidèles. Ancienne chronique du Grand Journal époque Denisot (entre 2004 et 2010), l’émission animée par Yann Barthès n’a cessé de grandir depuis qu’elle a hérité en 2011 de sa propre case horaire, parvenant à imposer un ton résolument nouveau, savant mélange d’un peu d’enquête, de pas mal d’interviews et de beaucoup de gaudriole. Une modernité qui tranche avec l’irrévérence un peu forcée du Grand Journal, incapable de se libérer de la rigidité de son format.

Le Grand Journal de de Caunes en difficulté

Depuis la rentrée de septembre, Antoine de Caunes et son équipe ne cessent d’apporter des retouches au déroulé de l’émission, en remplaçant à la hâte une Miss Météo, en supprimant dans l’urgence une coupure pub.Petit Journal deviendra grand. Si la chute des audiences semble aujourd’hui avoir été enrayée, difficile de dire si cela suffira pour sauver le soldat Grand Journal. D’autant qu’en coulisses, la guerre de succession a largement commencé. Selon Le Parisien, Bangumi, la boîte de production du Petit Journal, aurait proposé à la chaîne cryptée un projet d’émission à même d’occuper la totalité de la tranche 19/21h. À la tête de cette société d’une centaine de salariés, on retrouve Yann Barthès en personne, ainsi que Laurent Bon, ancien producteur du… Grand Journal, un homme (très) discret ayant les faveurs des décideurs deCanal+. « Laurent a la faculté d’allier un fond intéressant, un ton original et une forme moderne, confiait récemment Rodolphe Belmer, le directeur général de la chaîne, au magazine Capital. C’est exactement ce que nous voulons sur notre antenne. » Deux heures par jour du lundi au vendredi ? Réponse en mai prochain.