Golden Moustache : Le phénomène internet sur W9


Par publié le 22/12/2015 à 10h00


Le collectif débarque sur W9 le temps d'une soirée placée sous le signe de la parodie. Une bonne tranche de rire en perspective pour les téléspectateurs de la chaîne de la TNT...

Depuis trois ans, ces joyeux irrévérencieux secouent le Web avec leurs vidéos aussi déjantées que corrosives. Un art de l’insolence auxquels ils s’adonnent avec un énorme succès puisque Golden Moustache compte aujourd’hui 2,1 millions d’abonnés sur YouTube…

En cette fin décembre, le gang d’artistes se trouve un nouveau terrain de jeu en investissant W9 pour une émission spéciale dans laquelle ils pastichent tous azimuts. Et c’est d’abord du côté du petit écran que nos snipers de la vanne envoient leurs piques bien acérées, des programmes de télé-téalité où il y a plus de seins que de neurones aux animateurs potaches faisant tourner leurs serviettes en parlant de coucougnettes, en passant par les jurés de concours culinaires qui ont une fâcheuse tendance à nous couper l’appétit…

Le Net, c’est notre maison

« On y fait à peu près ce qu’on veut, explique Adrien Labastire, le fondateur de Golden Moustache. En télé, les enjeux sont différents. Mais ce n’est pas pour autant qu’on perd notre liberté de ton. Simplement, on a choisi de privilégier les parodies parce que ce sont des codes que le public maitrise. »

Notre troupe n’oublie pas également d’égratigner les faiseurs de tube d’été qui nous servent chaque année la même rengaine et les artistes « solidaires » qui n’hésitent jamais à chanter pour la bonne cause, surtout si ça peut servir la leur…

Mais c’est quand ils s’attaquent au Septième Art que les membres du Golden Moustache nous offrent les prestataires: moins torride que Fifty Shades of Grey, Cinquante nuances de beauf nous plonge dans les pérégrinations amoureuses d’un fan de foot alors que Le mec qu’on n’écoute jamais vient mettre son grain de sel dans certains films-cultes comme Man of Steel et Titanic. Et dire qu’il aurait pu changer la face du cinéma !

A lire :

Shortcoms : Moins c’est long, plus c’est drôle

Laurence Boccolini : « Je suis comme Foucault, je ne dis rien »