Eve Angeli : «Je ne suis pas si «blonde» qu’on le pense»


Par publié le 23/04/2015 à 05h51


En tant que membre du jury de Wouf, Ève Angeli prouve qu'elle a un sacré tempérament. On la croyait drôle et naïve, bref «blonde de service», mais elle est aussi plus sensible et plus futée qu'on ne le pense.

– On ne vous connaissait pas comme «militante déterminée» pour la défense des animaux ? [Marraine de la SPA, membre de Peta France et des Gamelles du coeur, NDLR.]
C’est dommage, et c’est pourquoi j’ai voulu participer à Wouf. C’est une occasion en or pour faire passer quelques messages sur la détresse et la souffrance animale

– Ce qui est bien loin de votre image médiatique…
J’ai tout simplement plein de facettes et je n’en ai jamais reniées aucune. Après, les médias ont choisi celles qu’ils voulaient. Je suis tout ce que l’on dit à la fois, depuis plusieurs années, et je n’ai pas changé.

– Alors, cette image de gaffeuse, de «blonde», est-ce que vous en jouez volontairement ?
Mais je ne joue pas, je suis comme cela ! Ce «personnage» fait partie de moi, et j’aurais du mal à dire le contraire. J’en ai juste pris mon parti. J’ai tout mis en avant, et j’en ai fait un atout, une sorte de marque de fabrique. Eh oui, contrairement à ce que l’on pense, je suis aussi intelligente (rires)
– Animer une émission animalière, est-ce que cela vous tenterait ?
Je signe tout de suite ! Je vois très bien un genre de Tous ensemble, une chaîne de solidarité pour les animaux.
– Qu’en est-il de la chanson et de la comédie ?
J’aime le théâtre. Il est possible que j’y revienne prochainement dans une pièce aux côtés de Danielle Gilbert. Ce n’est pas un gag. Quant à la chanson, je continue à faire une quarantaine de concerts par an un peu partout en France. J’en ai un peu assez qu’on m’invite pour ne me faire dire que n’importe quoi (sic). J’aimerais que l’on m’estime en tant que chanteuse.

« J’en ai fini avec la blonde attitude »

– Y a-t-il un nouveau livre prévu sur vos fameuses «perles» ?
Non. Il y a en a tellement tous les jours que j’ai même arrêté de les noter. Franchement, ce n’est pas un livre qu’il faudrait, c’est une encyclopédie. Encore une fois, cette image fait partie de moi, mais j’ai envie de la mettre un peu de côté.

– Allez, pour rassurer nos lecteurs, quel est votre «angélisme» préféré ?
Il est un peu déplacé, mais c’est tout moi. J’ai déclaré un jour : «J’ai une amie qui est décédée, mais ce n’était pas de son plein gré.» Aujourd’hui, avec le temps, j’estime qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer.
– Beaucoup auraient aimé vous voir mariée à Jean-Claude Van Damme. Or, il vient de divorcer… Est-ce que vous plongez ?
Ce serait une belle plaisanterie, n’est-ce pas ? En revanche, nous avons en commun d’avoir beaucoup de recul sur nous-mêmes. Il n’est pas si «belge», et moi pas si «blonde» qu’on ne le pense ! D’autant que j’en ai fini avec la «blonde attitude» en devenant châtain. Ça va en dérouter certains, mais qu’ils se rassurent : je reste toujours la même !

A LIRE :

Eve Angeli clash les Ch’tis et les Marseillais : « Ils n’ont rien dans la tête »