Eurovision 2015, ce n’est pas encore gagné !


Par publié le 21/02/2015 à 03h49


On a beau tout essayer, rien n’y fait. Depuis des années, la France nage dans les bas-fonds du classement. Hélas, ce n’est pas Lisa Angell qui risque de changer la donne. En tout cas, le public n’y croit guère…

Souvenez-vous : l’année dernière, les Twin Twin, sorte d’ovnis sortis d’on ne sait où, avaient offert à la France le bonnet d’âne de l’Eurovision en finissant bons derniers de la compétition. Pas de quoi être fi er ! Alors c’est sûr, Lisa Angell, qui représentera la France le 23 mai prochain à Vienne, part avec un gros avantage : elle ne peut pas faire pire ! Cette chanteuse de variétés a déjà sorti trois disques qui sont passés inaperçus. Pas très rassurant ! Elle chantera N’oubliez pas, composé par Robert Goldman – frère de Jean- Jacques –, un titre qui évoque la Première Guerre mondiale. Rien de très fun chez cette chanteuse «à voix», ni sa chanson, ni son look. Étonnant quand on jette un œil aux gagnants des années précédentes, transsexuel, travesti et hard rockeurs aux masques de monstres…

Lisa Angell, une candidate controversée

Son nom à peine dévoilé, Lisa Angell fut d’ailleurs la cible de critiques acerbes. À commencer par celle d’Enora Malagré, qui a déclaré sur le plateau de Touche pas à mon poste ! : «Une chanson dégueu. C’est la France du passé, pas notre France.» Sur les réseaux sociaux, les moqueries vont également bon train. «Archaïque» et «ringarde», peut-on y lire. Pourquoi ne demande-t-on pas l’avis des téléspectateurs avant de faire le choix ? Certes, si on gagnait un jour, il faudrait alors organiser la prochaine cérémonie, et ça coûte très cher. La France éviterait-elle sciemment de mettre la main au portefeuille ? Après tout, laissons une chance (petite, alors) à Lisa Angell de nous montrer qu’elle peut redorer notre blason. D’autant que Nathalie André, directrice des divertissements sur France 2, a déclaré : «Cette année, nous allons également travailler particulièrement la scénographie.» Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a du boulot !

A LIRE :

The Voice 4 : Succès d’audience et sur les réseaux sociaux 

Application mobile et tablette Télé Magazine sur Google Play et AppStore