Disques hommages, succès en série


Par publié le 14/03/2015 à 09h00


Cinq ans après la mort de Jean Ferrat, 16 artistes reprennent ses chansons dans "Des airs de liberté", disque fort réussi sorti le 2 mars, et le temps d’une soirée sur France 2. Un opus de plus dans la série des « albums de reprises », très à la mode

Patrick Bruel et Ma môme, c’est une évidence. Sauf qu’il s’y prend à deux fois pour valider sa prestation, en ce lundi de février, sur le plateau 210 de la Plaine-Saint-Denis. « Ce titre me rappelle nos voisins qui l’écoutaient à Argenteuil, où nous venions d’arriver d’Algérie », détaille ensuite le chanteur à Michel Drucker. Un « album hommage », c’est la garantie d’une belle affiche et d’au moins trois millions de téléspectateurs. Zebda et Marc Lavoine ont aussi dit oui à Gérard Meys, l’ex-mentor de Jean Ferrat. « On a découvert Ferrat par les amis militants de nos parents », explique Magyd Cherfi , le chanteur du groupe toulousain, qui reprend En groupe, en ligue, en procession. « C’est ma banlieue, un morceau de ma vie », explique Marc Lavoine, à l’origine d’un projet similaire, mais avorté, il y a cinq ans. Car si Des airs de liberté a enfin vu le jour, c’est parce qu’entre temps il y a eu Génération Goldman : plus d’un million d’albums vendus entre 2012 et 2013 ! Bingo pour My Major Company de… Mickaël Goldman ! Du coup, les grands labels ont flairé le filon.

Kendji Girac et Indila reprennent Aznavour

Mercury a misé sur Renaud en faisant revivre le répertoire du « Chanteur énervant ». Portés par le Mistral gagnant de Coeur de Pirate, Les deux volumesse sont écoulés à 500 000 exemplaires. Polydor a de son côté salué les dix ans de la disparition de Serge Reggiani tout en relançant Isabelle Boulay : un disque d’or (50 000 ventes) en cinq jours ! D’autres projets se sont centrés non pas sur un nom, mais autour d’une idée forte. Comme le Paris de Zaz, meilleure exportation française en 2014, We Love Disney (vol. 1 et 2) ou encore Forever Gentlemen (avec Corneille, Damien Sargue et Dany Brillant), vendu à 300 000 exemplaires. Payés pour l’enre gistrement, les artistes, sauf exception, ne sont pas obligés d’en assumer la promotion. D’où peut-être l’échec des Enfants du Top 50, pour lequel peu d’entre eux ont joué le jeu. Faire des reprises n’est donc pas le jackpot assuré. Qui se souvient de l’album Hommage à Mouloudji, par Alain Chamfort et Louis Chédid, sorti en juin ? Un flop, comme Sa jeunesse, dédié à Aznavour, malgré Kendji Girac et Indila. À découvrir bientôt : Love me Tender : hommage (à Elvis Presley) par Vigon et Jay, et surtout Joyeux anniversaire, M’sieur Dutronc, avec Francis Cabrel pour On nous cache tout…, Annie Cordy pour l’hotesse de l’air et Dutronc lui-même, en duo avec Nicolas Sirkis, pour l’Opportuniste. Par peur du « téléscopage » avec l’album dédié à Jean Ferrat, il est question de décaler sa sortie de mars à avri autour d’un shox télé. Opportuniste ?