Tintin, la poule aux oeufs d’or


Par publié le 31/07/2015 à 10h00


Malgré les mangas et les Marvel à la mode, Tintin reste une valeur sûre de l'édition, de la télévision, du cinéma et même des jeux vidéo. Un héros de 86 ans toujours prêt à de nouvelles aventures qui peuvent rapporter gros.

Depuis 1929, avec plus de 210 millions d’albums BD écoulés, dont 80 millions de traductions en 54 langues (et plus de 700 000 exemplaires vendus en langues régionales), Tintin se vend encore à près d’un million d’exemplaires par an. Des ventes dopées par le lancement d’albums en petit format. Les droits d’auteur rapportent ainsi 1,7 million d’euros par an à ses ayants droit, alors qu’un contrat lie «Moulinsart S.A.» à la maison d’édition Casterman jusqu’en 2053, seulement pour la série standard des albums. Tout ce qui relève des produits spéciaux (affiches, figurines, séries télévision, cinéma, timbres, expositions…) revient aux éditions Moulinsart, garantes du respect de l’oeuvre de Georges Remi, alias Hergé, ayant jusqu’à présent la main haute sur l’image et les retombées commerciales du célèbre héros.

Tintin en justice et au cinéma

La démarche des héritiers de Tintin agace au plus au point les «tintinophiles». À tel point que la justice néerlandaise, une première en ce domaine, a décidé que les héritiers d’Hergé ne peuvent plus réclamer de droits pour l’utilisation d’extraits des albums. Une décision qui pourrait faire jurisprudence en Europe, comme partout dans le monde, pour le plus grand bonheur de tous les fans. Par exemple, il aura fallu attendre près de vingt-cinq ans avant que Moulinsart S.A. et Steven Spielberg, aidé par Peter Jackson, ne trouvent un accord sur les conditions d’une nouvelle adaptation cinématographique des aventures de Tintin. Le 26 octobre 2011, les fans découvrent Les Aventures de Tintin : le secret de la Licorne. Un succès international mitigé qui a rapporté tout de même quelque 300 millions de dollars, mais qui laisse perplexe cinéastes, financiers et même les amateurs. Bonne nouvelle : le duo Steven Spielberg – Peter Jackson serait en train de finaliser un second volet des péripéties de l’intrépide reporter, mais il faudra patienter au moins jusqu’à décembre 2017 pour admirer le second bébé. Même le scénario reste secret, Steven Spielberg ayant un faible pour une adaptation des 7 boules de cristal et Le Temple du soleil ; Peter Jackson préférant Objectif Lune et On a marché sur la Lune.

Et maintenant…Il chante

Phénomène plus récent, l’un des albums de Tintin, Les Bijoux de la Castafiore a fait l’objet d’une adaptation en comédie lyrique, sur la scène de Londres ou encore à Bruxelles, la société Moulinsart S.A. ayant finalement donné son accord pour ces adaptations d’un nouveau genre. Pas de rendez-vous français prévu pour l’instant pour la cantatrice, Tintin et le capitaine Haddock, mais, mille millions de mille sabords, parions que les tintinophiles sont d’ores et déjà à la recherche d’une salle.

A LIRE :

Les aventures de Tintin : Mon nom est Haddock, Archibald Haddock…